Organisateur : Comité des Fêtes

Course du Congrès – Trophée Louis Lacroix

Président de course : LAGET Aurélien

Délégué FFCC : BRU Bernard

Une ouverture où seul le soleil était absent

Après une matinée de travail bien fourni avec plusieurs grands moments. La nouvelle équipe faisait le point sur ses projets pour les années à venir. L’au revoir de Mandy Graillon qui la bouvine encré en elle, elle n’abandonnera pas les gradins, par sa présence elle aura marqué sa passion. La satisfaction du public devant la récompense de Gérard Barbeyrac accueilli avec une belle ovasion. L’après-midi les gradins avaient fait le plein, la Gardounenque, avec la relève, anima la Capélado. Une première partie avec peu de relief, seconde plus intéressante avec les prestations de Cruchot et Moka. Les hommes sont déjà en forme, en particulier Martin J. et Zékraoui. Cruchot de la Galère et J. Martin remporte les prix.

Cohiba (570) de Fabre Mailhan : ses réponses sont rapides et il est dans l’allure dès le début. Il signe de belles poursuites derrière les hommes en forme Martin et Zékraoui. Aux ficelles c’est lui qui règle le rythme, dans ce cas il saute 3 fois pour rien. 3 Carmen.

Notaire (503) de Cuillé : Il a des réponses totalement irrégulières, il perd rapidement les principaux attributs. Aux ficelles le travail est plus difficile pour les hommes. Ses réponses peuvent être soutenus et se signale sur plusieurs tenues blanches. Il rentre ses ficelles avec 3 Carmen en course

Pedro (612) de Lautier : Pour les premières minutes il subit une pluie de raset, à peine 3 mn pour en venir aux ficelles. Une nouvelle course commence alors, il répond avec vaillance aux sollicitations. Il anticipe et met les hommes en difficulté. 4 Carmen en piste et rentre ses ficelles en musique

Cruchot (522) de la Galère : Il est immédiatement dans le vif et devient de plus en présent dans ses poursuites. Il signe une multitude de belles actions derrière Zékraoui, J. Martin et Marquis. Le disque se déclenche et joue en continu. Il ne cédera qu’une ficelle dans une course de bout en bout excellente. Rentre en musique et s’adjuge le prix du meilleur taureau.

Lebrau (821) de Laurent : Il passe les barrières derrière les raseteurs dans sa poursuites, Zékraoui, Marquis et J. Martin qui se fait un peu bousculer une fois sans mal. Aux ficelles il est bien présent et finis mieux ses actions sur les gauchers. Conserve une ficelle, la rentre en musique. 5 Carmen.

Moka (708) de Rousty : Il en fait parfois trop, il ne concède rien de facile. Il serre ses poursuites et finis ses actions avec beaucoup de force. F. Martin, Marquis, Allam sont ses principaux partenaires. Il saute derrière Katif. F. Martin prend sa première ficelle, il rentre la seconde en musique. 8 Carmen.

Lou Gaou de Ricard : Les hommes l’auront complétement ignoré. Le taureau bouge sans arrêt et son travail est compliqué. Les Martin se manifeste et le taureau passe en contre-piste derrière à plusieurs reprises. Manque de travail rentre sa cocarde.  5 Carmen et retour. 

Alain Poussel.

lansargues 03 (Copier)

lansargues 08 (Copier)

lansargues 09 (Copier)

lansargues 10 (Copier)

lansargues 12 (Copier)

lansargues 14 (Copier)

lansargues 16 (Copier)

lansargues 17 (Copier)

lansargues 20 (Copier)

lansargues 21 (Copier)

lansargues 23 (Copier)

lansargues 24 (Copier)

lansargues 26 (Copier)

lansargues 30 (Copier)

lansargues 33 (Copier)

lansargues 34 (Copier)

lansargues 37 (Copier)

lansargues 40 (Copier)

lansargues 41 (Copier)

lansargues 45 (Copier)

lansargues 47 (Copier)

lansargues 49 (Copier)

lansargues 51 (Copier)

lansargues 54 (Copier)

lansargues 56 (Copier)