Organisateur : Lou Rami

Trophée de l’Avenir – Trophée Saint Louis

Président de course : Noël ANDRÉ

Délégué FFCC : René AYMÉ

Timoko patron du plan

Pour la 2ème journée du Trophée Saint-Louis, les gradins bien garnis ont pu assister un défilé de cornes agréable.

Le travail blanc (Espoirs : (9 pts), Mateo (12), Michelier (5), Montesinos (1) et Pradier (5) - Honneur : Martin-Cocher (6) et Maurel (14)) s’est souvent concentré sur les rubans dans des actions peu constructives, les ficelles, 4 récoltées, étant moins attractives. Une belle sélection noire avec 2 « zéros » à surveiller : Bossard et Timoko.

Volontaire, Cocognon (737) de Raynaud joue avec les blancs qui l'assiègent et raflent en 2 mn cocarde et glands. Toujours participatif, il répond en tendant les cornes dans des séries sans suivre jusqu'au bout. La 1ère bobine termine dans le crochet de Matéo à la 7ème mn. Plus de férocité noire et moins d'entrain blanc et le biòu rentre la 2ème en musique.

Féroce, Bossard (011) des Baumelles vient avec vitesse tournant avec danger ses pointes à la planche ou passant la tête derrière le blanc. Les séries, rapides, permettent aux hommes la récolte en 5 mn des rubans. Les blancs hésitent beaucoup, quand il se lance, l'éclair surgit, la foudre s'abat et c'est une déferlante jusqu'aux barrières où les cornes rentrent en jeu et malgré des assauts répétés et la fatigue, il rentre ses bobines avec Carmen.

Vite, les rubans de Severin (628) de Cavallini volent en 2 petites mn dans des échanges brouillons. Toujours participatif le noir répond bien jusqu'aux planches après avoir présenté la tête, la 1ère bobine à la 7ème mn pour Pradier, la 2ème pour Michelier à la 12ème mn et le disque.

Fugueur (558) de Coulet nous offre une course désordonnée, peu aidé par les blancs qui lui courent derrière sans chercher à construire. Ses rubans tombent en 6 mn. Toujours dispersé, ses ficelles bien entamées sont objets de convoitises, la 1ère pour Martin-Cocher à la 9ème mn après de grosses charges, moins de travail pour la 2ème qu’il rentre en musique.

Un temps perdu, le fin Jonas (039) de Gillet trouve sa place et répond avec vitesse et cède cocarde et glands en 3 mn. Bien calé, le noir est attentif et surgit sur l’homme qui en veut à ses ficelles. Les rasets se raréfient, le biòu prend de l’assurance face aux hommes et rentre ses pelotes sur le disque.

Concentré, Timoko (025) de Lautier cherche d’entrée à dominer le cercle en se plaçant pour faire face à ses adversaires et en bondissant sur le raseteur, 3 mn pour la récolte des rubans. Les hommes prennent leur distance, le noir surveille, calme, il attend, aux attaques, il réplique avec force, accélérant derrière le blanc, levant la tête devant la planche ou les frappant avec puissance et malgré des séries, il garde ses bobines à sa rentrée avec Carmen.

Le jeune Gendarme (122) d’Agu (hp), mobile, veut mettre de l’ordre sur la plage et charge les blancs. Plus stable, il se lance dans des vire-vire mais sa méchanceté prend le dessus, repoussant les rasets, baissant la tête puis la tournant. Il faut 10 mn pour récolter les attributs. Trop court pour les ficelles. Musique au retour.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédit photos : Alain Poussel

IMG_4809

IMG_4814

IMG_4836

IMG_4886

IMG_4890

IMG_4907

IMG_4974

IMG_5037

IMG_5057

IMG_5065

IMG_5080

IMG_5146

IMG_5187

IMG_5220

IMG_5266

IMG_5271

IMG_5303

IMG_5325

IMG_5364

IMG_5369

IMG_5382

IMG_5421

IMG_5461

IMG_5467

IMG_5475

IMG_5477

IMG_5485

IMG_5520