Organisateur : CT Cavaillonnais

Trophée des Espoir du Trident d'Or

Président de course : Denis ROCARPIN

Délégué FFCC : Jean RAVOUX

Et un prix de plus pour Lautier avec Mythron

Les noirs supérieurs aux blancs

Un peu plus de monde que d’habitude pour cette traditionnelle course des révélations des premières séries du Trident d’Or.

Tous les taureaux ont été logiquement récompensés pour leur comportement cocardier, sérieux et spectaculaire pour certains.

Six à la Capélado, trois de chaque bord et 4 tourneurs. Le plus constant a été Ludovic Matéo, récompensé, même s’il a dû quitter la piste au quatrième, victime d’une luxation du coude. Zbiri, Pradier et Moine ont fait les efforts pour ne pas laisser les taureaux dans l’inactivité. Brunel et Bressy ont été un peu en dessous. Une remise de récompense originale avec l’octroi à chacun des 6 raseteurs d’une devise des 6 cocardiers.

Boris de Nicollin a été un premier très généreux. Aucune proposition n’est refusée et il finit toutes ses intentions. Sa première ficelle sera pour Zbiri à la 10ème mn, la seconde rentrant au terme  d’un quart d’heure fort agréable salué à 5 reprises.

Hegoak du Grand Salan va beaucoup se déplacer, obligeant à des calculs, utilisant aussi l’anticipation, compliquant le travail. Tout au long de la course, il va s’améliorer, rentrant ses ficelles avec un 7ème Carmen.

Néron du Rhône va débuter en patron de l’espace. Il ne se laisse pas berner par toutes les tactiques… y compris celles des tourneurs. Sa cocarde ne sera coupée qu’après 8 minutes. A partir de là, les séries se déclenchent et la musique lui est joué plusieurs fois. Et il conservera un gland.

Mythron le Lautier du jour va étaler une grosse vélocité et une défense où il ne cédera rien. Matéo le provoque de la planche, prenant confiance, finissant par se faire bousculer, une luxation du coude semble-t-il. Sa course de haut niveau ce finit-là, avec la perte de confiance des blancs. Un taureau promis à un bel avenir…encore un chez Lautier.

Jonas de Gillet est encore un rapide, derrière lequel il ne faut pas s’attarder. Tout est ramené jusqu’aux bois, et quand on court avec lui, il enferme fort Zbiri et Brunel s’appuient sur le frontal et il finit dans les planches. Encore un plein de potentiel qui va rentrer ses bobines avec un 11ème Carmen.

Vulcain d’Allard, le barricadier de service, va se livrer sur toutes les sollicitations, avec du feu dans les pattes. A 6 ans, il a de la finition, mais aussi du placement et un gros cœur. Avec de la maturité et une opposition plus conséquente, il devrait faire carrière, dans une race de plus en plus brillante.

Commentaires Yves Bustin (La Marseillaise)

Photos : Jean Ravoux

cavaillon 01

cavaillon 02

cavaillon 02a

cavaillon 03

cavaillon 04

cavaillon 05

cavaillon 05a

cavaillon 06

cavaillon 07

cavaillon 08

cavaillon 09

cavaillon 10

cavaillon 11

cavaillon 12

cavaillon 13

cavaillon 14

cavaillon 15

cavaillon 16

cavaillon 17

cavaillon 18

cavaillon 19

cavaillon 20

cavaillon 21

cavaillon 22

cavaillon 23

cavaillon 23a

cavaillon 24

cavaillon 25

Plus de Photos : Jean Ravoux