Organisateur : CT Mouriesen

Trophée Daniel Pellegrin

Président de Course : Philippe GIBERT

Délégué FFCC : Alain BORG

Marignan décroche à nouveau le Trophée Daniel Pellegrin

L'orage n'était pas loin mais on est passé au travers des gouttes.

Les hommes (Bouharguane, Ciacchini, Félix, Four, Jaubert, Marignan, J. Martin, Moine et Pinter) ont imposé aux biòu un tempo et une présence soutenus les menant souvent à l'épuisement et obligeant le président Ph. Gibert plusieurs fois à faire des pauses. Si Bouharguane et J. Martin, à gauche, et Félix et surtout Ciacchini à droite ont su mettre les noirs en relief, c'est l'assurance et l'efficacité de Marignan qui a été récompensé. Pour les bêtes à cornes, belle endurance pour une agréable sélection où aucun n'est passé à côté. Argentin reçoit le prix du jour, Panisse, qui a mis plusieurs fois ses adversaires blancs en danger n'est pas passé loin de la récompense.

Le linge blanc tourne autour de Muscadin 508 de Fournier qui fait le ménage sur la piste baissant la tête devant l'homme et ce dynamisme rend ses bijoux accessibles qui tombent en 90s. Il s'assagit devant la buvette mais reste féroce quand il se lance. La 1ère ficelle pour Marignan à la 7ème mn. Grosse bourre pour les derniers brins, à Ciacchini à la 11ème mn. Retour avec les honneurs.

Plus posé, Panisse 714 de Sylvéréal bondit dès que l'homme tente, jouant des cornes. Ses répliques franches lui valent 2 fois Carmen pendant la récolte des attributs en 3mn. A l'épluchage des bobines, Marignan puis Félix subissent une accélération ravageuse du noir aux planches qui font hésiter. Le biou se concentre pour des départs  féroces qui font rentrer ses ficelles en musique et le clap-clap des gradins.

Plein de bonne volonté, Tanguero 724 de Ribaud vient avec envie, les hommes en profitent pour l'assiéger, et il se fait piéger dans des séries pour une récolte en 1mn30 de la cocarde et des glands. Toujours beaucoup de vaillance, le siège continue, le noir est sur tous les coups, jouant avec force de ses banes. Exténué en fin de course, il réussit à sauver ses pelotes avec Carmen.

Vif, Argentin 949 de Gillet se lance dans un beau combat et des séries rapides viennent à bout de ses rubans en 2mn. Moins de présence rend le taureau attentif et ses répliques sont de plus en plus violentes, frappant la planche derrière Martin puis Bouharguane. Four récolte la 1ère bobine à la 12ème mn, le noir résiste et rentre la 2ème en musique.

Violent en début de course, Ventadis 709 d’Allard se calme ensuite mais reste dangeureux dans des réponses franches poussant jusqu'aux bois le blanc en le mettant en danger. 8mn pour la distribution des attributs, s'il est moins sollicité, il se chauffe progressivement, ses réponses sont de plus en plus affirmées aux barrières et il rentre ses ficelles sur le disque et les gradins.

Du jus pour Persée 811 de Lagarde qui joue aux vire-vire dans un rythme soutenu, tournant la tête devant le fer, et résiste bien aux crochets en défendant avec conviction ses bijoux qu'il rend en 10mn malgré un nombre incalculable de rasets. La main assurée de Moine racle la 1ère ficelle à la 12ème mn et il rentre la 2ème avec Carmen.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédits Photos : Michel Naval

MOURIES (2)

MOURIES (3)

MOURIES (5)

MOURIES (6)

MOURIES (7)

MOURIES (9)

MOURIES (10)

MOURIES (11)

MOURIES (13)

MOURIES (15)

MOURIES (18)

MOURIES (19)

MOURIES (22)

MOURIES (24)

MOURIES (26)

MOURIES (33)

MOURIES (36)

MOURIES (37)

MOURIES (38)

MOURIES (42)

MOURIES (44)