Raphèle les Arles 23.06.2018

Course Avenir/honneur – Trophée Plantevin

Président de Course : ALVAREZ Joris

Délégué FFCC : RAVOUX Jean

Le Trophée Plantevin pour Néron

Une course modeste dans sa globalité avec un petit public. Néron en cocardier volontaire est le vainqueur du jour, mais Pécoulé craint par les hommes n’a pas démérité et un bon point pour Cabanen. Chez les blancs on se félicite du jolis travail d’Améraoui et de la vaillance Méric surtout en première partie.

Cabanen (926) de St Germain : Trouve rapidement sa place et garde avec volonté le terrain des planches. Il se donne sur toutes les sollicitations et dans les meilleures il vient jusqu’aux bois. Rodriguez, El Mabhoud et Méric sont plus intéressant partenaires. perd sa 2ème bobine sur la trompette et rentre en musique.

Bounias (819) du Rhône : Il cherche un peu sa place et se distrait facilement par les tenues blanches. Il se reprend et devient sérieux, anticipe les départs et tient les hommes à distance. La fin de sa course est sérieuse ce qui lui permet de rentrer ses ficelles avec l’air de Bizet.

Teston (714) du Pantaï : Sa course est irrégulière avec des hauts et des bas. Placé dans les planches il laisse quelques fois passer, mais peux venir fort dans les planches. Cette attitude n’encourage pas le travail des hommes. Rentre ses ficelles en silence.

Félibre (0106) de Fabre-Mailhan : Il est volontaire, en conséquence ses principaux attributs partent vite. Arrêter il vient fort derrière les blancs et quand c’est serrée il passe la corne. Améraoui,et El Mabhoud font le travail. Bressy hérite d’une poursuite serrée. Rentre une ficelle.

Néron (985) Navarro : Il trouve immédiatement sa place dans les planches, surveille et répond avec force et volonté aux sollicitations, finissant aussi fort aux bois derrière Améraoui (3) et sautant les planches sur Améraoui ou Fougère. Le disque joue plusieurs fois. Il rentre une pelote en musique et le prix du jour.

Pécoulé (911) de Lautier : Le taureau est craint par les tenues blanches. Il se déplace, surveille les hommes et sur le raset anticipe le départ. Il va vite à la rencontre et ceux qui s’aventure dans la bataille se mettent en danger. El Mabhoud hérite de la cocarde et tout le reste rentre au toril avec les honneurs.

Estradour (121) de St Antoine : Il reste 10 mn en piste. Le travail ne vient pas et l’ennui le pousse dans le pourtour. Quand le travail reprend il montre de belles choses. Saute derrière Bressy. A revoir, mieux placé. Rentre les glands avec l’air de Carmen.

Crédit Photos : Michel Naval

DSC_0234

DSC_0247

DSC_0257

DSC_0271

DSC_0311

DSC_0330

DSC_0346

DSC_0376

DSC_0398

DSC_0431

DSC_0432

DSC_0442

DSC_0474

DSC_0501

DSC_0530

DSC_0552

DSC_0568

DSC_0583

DSC_0592

DSC_0597

DSC_0601

DSC_0618

DSC_0644

DSC_0654

DSC_0667