Organisateur :   SIMON CASAS PRODUCTION

Finale du Trophée des As

Président de Course : ALVAREZ Joris

Délégué FFCC : MALAVAL Robert

Touchés en plein cœur !

Au terme d’une grande finale, Cupidon envoie ses flèches avec brio.

Le Carmen général attribué par le président Joris Alvarez est logique tant cette 67ème finale du Trophée Taurin a été de belle tenue, avec des taureaux et des hommes au diapason comme rarement vu ces dernières années lors de la finale. La première partie malgré Cohiba manquant de jus a été a mas avec un Epervier brillant et un Trancardel toujours présent. Pourpier a rappelé ses intentions criminelles à la finition. Jupiter a été à son image : d’une grande bravoure et noblesse malgré le poids d’un physique qui a souffert de ses coups de butoir. Cupidon, qui a décoché ses flèches avec brio et sérieux, manque le prix de manière étonnante et Landié, primé meilleur taureau du jour, a terminé en feu d’artifice de percussions avec une bravoure sans limites. Niveau blanc, tous ont été au diapason, on retiendra l’animateur du jour honoré : Vincent Félix mais tous sont à saluer pour leur engagement et respect des taureaux.  

Cohiba (570) de Fabre-Mailhan : (2 Carmen). Le premier de cette finale a fort à faire face à la vague blanche qui s’abat sur lui. Il répond avec cœur et tient 4 minutes pour les principaux attributs. Aux ficelles le taureau tient bien sa place et les hommes doivent le rentrer pour le consentir. Jérôme Martin est celui qui le tire le mieux et fait résonner Carmen. Le travail se fait au compte-goutte et Cohiba réintègre le toril avec ses deux ficelles.

Epervier (725) de Cuillé : (8 Carmen + retour). Il met d’entrée les ingrédients nécessaires entre gestion de la piste optimale, placement adéquat et vitesse. Les rasets dans les règles sont tous ramenés avec brio jusqu’aux planches et l’émotion prend possession de la piste nimoise. Katif, Cadenas qui traverse une partie de la piste sur un raset dont il a le secret, et aliaga. Les rasets allongés et la bravoure d’Epervier vont faire résonner Carmen de multiples fois. Le taureau fait preuve d’un cœur énorme et défend avec les honneurs sa deuxième ficelle qu’il rentre sous les forts applaudissements du public.

Trancardel (641) de J. Bon : (5 Carmen + Retour). Volontaire comme à son habitude, le taureau aux longues bannes ne refuse aucun raset et y perdra rapidement ses pompons. Aux ficelles le taureau durcit le ton, Aliaga est raccompagné aux planches en musique. François Martin n’est pas en reste et il tire aux planches le taureau qui brille. Les enchaînements avec cœur de Trancardel donnent un vrai relief à sa course dont Jérôme Martin se révèle le meilleur animateur. Rentre sa deuxième ficelle en musique sous les forts applaudissements du public.

Pourpier (514) de Saumade : (4 Carmen + retour). Attaqué au compte-gouttes, le taureau se déplace justement d’un côté et de l’autre de la piste, mais manque un peu de jus sur ses ripostes. Les pompons partent rapidement. Aux ficelles, cela ronronne un peu mais dès la première un peu démarmaillée, Charrade lui offre trois rasets exceptionnels où Pourpier termine criminellement aux planches sous Carmen et avec la première ficelle au bout. Rentre sa deuxième ficelle sans forcer, Carmen au retour.

Cupidon (707) de Paulin : (8 Carmen + retour) Avec du jus à sa sortie, le cocardier de Paulin vient passer plusieurs fois le poitrail à l’arrivée et offre rapidement ses principaux attributs aux blancs. Aux ficelles, Jérôme Martin à gauche lui offre de beaux engagements raccompagnés aux planches. Marignan et Félix font le pendant à droite et Cupidon s’engage brillamment et Carmen joue. Cadenas s’offre pour un superbe raset où il se fera coincer à la planche et sort sur blessure. La Course va à mas avec un Cupidon qui répond avec sérieux et brio et c’est François Martin qui vient lever la première ficelle. Quart d’heure de maîtrise et d’émotion pour Cupidon qui touche en plein cœur le public qui lui rend en se levant et l’ovationnant pour sa rentrée avec sa deuxième ficelle primée à 1 500 €.

Jupiter (619) de Laurent : (7 Carmen + retour). Le bioù d’Or 2018 attaque sa course par deux gros coups de butoir. En quelques minutes on passe aux ficelles. Jupiter chasse ce qui bouge en piste et ne se pose pas ce qui semble faire réfléchir les hommes. Vient taper derrière Aliaga en musique et récidive sur Errik dans la foulée avant de s’envoler et basculer derrière Katif pour un quart d’heure qui va crescendo. Cadenas vient faire briser les planches en musique. Le rythme est moins soutenu et le taureau vient terminer son quart d’heure d’une violence inouï derrière Marignan sur un coup de barrière monumental. Réintègre le toril en musique avec ses deux ficelles très fortement applaudit.

Landié (002) de Nicollin : (7 Carmen + retour). Sort avec du jus et cela se sent. Landié est généreux, ne refuse rien et vient passer le poitrail quand on le tire. Katif fait résonner Carmen et on passe à la 3ème minute aux ficelles. Bien entrepris, il se donne avec cœur, vient frapper fort derrière Marignan puis propulse Cadenas au boudin en faisant résonner Carmen dans l’amphithéâtre romain. Récidive derrière Félix pour un énorme coup de barrière, puis encore sur Ciacchini ça pétarade !Landié ne s’arrête pas plus et offre un final spectaculaire plein d’émotion. Rentre ses deux ficelles en musique sous l’ovation et clôture la finale en beauté.

Trophée des As 2018 : 1er- Cadenas (337,5 pts), 2ème-Ciacchini (304 pts), 3ème-Katif (274 pts) 4ème- Charrade (243,5 pts), 5ème-Zékraoui (231 pts).

Bioù d’Or 2018 : Jupiter de Laurent – Meilleur taureau de la finale : Landié de Nicollin.

Commentaires Corentin Charpentier (La Marseillaise)

Crédit Photo : Alain Poussel

275A0082

275A0088

275A0093

275A0137

275A0157

275A0175

275A0191

275A0269

275A0299

275A0355

275A0356

275A0420

275A0444

275A0506

275A0511

275A0592

275A0614

275A0627

275A0635

275A0660

275A0742

275A0756

275A0782

275A0802

275A0844

275A0855

275A0885

275A0923

275A0932

275A0966