Organisateur : CT Prouvenço Aficioun

Président de course : Jacky Faure – Déléguée de la FFCC : Paule Birot

Raseteurs :

Mohamed Chig, David Maurel et Yoan Pradier pour les droitiers

Fayssal Allam, Fouad El Hajjouji, Joffrey Ferriol et Joan Gaillardet pour les gauchers

Tourneurs : Jérôme Dumas, Emile Lieballe, Patrice Rado et Gérald Sagnier

Course à l’Avenir – Groupe 2

 

Pradier, Maurel et Ferriol en chef d'orchestre

Le tempo de Verdi, la résistance d'Aragon

 

Des cocardiers peu incisifs en 1ère partie, plus relevés en 2ème avec, pour les 2 derniers, une puissance

et une défense, qui ont posé des problèmes dans la récolte des ficelles. Côté tenues blanches, il y a eu du travail de tous. On retiendra Pradier, Maurel et Ferriol et le bon retour de Gaillardet.

Rasetaient cet après-midi sur les terres de Sel : Fayssal Allam (sort au 3ème, pointe à la cuisse) (1 point), Mohammed Chig (2 pts), Fouad El Hajjouji (4 pts), Joffrey Ferriol (11 pts), Joan Gaillardet (9 pts), David Maurel (16 pts) et Yoan Pradier (19 pts)

Bartaveu 514 (J.-C. Blanc) : ne trouve pas sa place sur la plage de Salin. Bouge, refuse souvent d’aller chercher l’homme, il nous offre une course décousue où les glands tombent facilement et la cocarde à la 9ème mn. La 1ère ficelle est pour Gaillardet dans les dernières secondes. Rentre la 2ème.

Gévaudan 606 (F. Guillierme) : plus stable, il répond et accepte les reprises. Les tenues blanches ne lui offrent pas de répit aux ficelles et les 2 tombent sous le crochet de Pradier, la 2ème à la 9ème mn. Rentre en musique au toril.

Lazare 739 (la Galère) : remplace Caporal blessé lors du tri. A la demande des raseteurs, le manadier enlève des tours aux ficelles avant son entrée en piste. Jeune biou tonique, après une minute d’observation, les hommes y vont, les attributs tombent. La 1ère ficelle à la 3ème mn pour Ferriol. Un nouveau moment d’hésitation et à la 6ème mn, la 2ème est pour Pradier.

Beu-Caïre 605 (F. Guillierme) : après un long moment de réflexion, en 1 mn les principaux attributs tombent dans une succession de rasets. Nouveaux virevire pour la 1ère ficelle, se dégage au centre, puis nouvelles sollicitations et elle est pour Maurel. La 2ème est pour Ferriol la mn suivante. Rentre à la 9ème avec

Carmen.

Avec Verdi 575 (la Galère) : c’est une autre musique. Il vient fort et suit l’homme jusqu’au bout, tapant la barrière. Comme souvent pour ce genre de cocardier, ruban et pompons sont décrochés rapidement. Pour les ficelles c’est une autre histoire. Les hommes cherchent des solutions mais en vain, il rentre avec la musique de Bizet et ses ficelles au toril.

Aragon 890 (J.-C. Blanc) : taureau massif, montre d’entrée sa puissance et sa vitesse après l’homme. 3 mn pour la cocarde et les glands. C’est en suite de multiples tentatives des raseteurs, pour atteindre les ficelles : de loin, de près, tourné, par des séries, en le tirant et le faisant taper les planches, Carmen aime ce travail, mais rien n’y fait, il garde ses ficelles et sa puissance en rentrant en musique.

Rémi Honoré