La capelado

20 mars 2019

Pélissanne 17.03.2019

Organisateur : Société Taurine de Pélissanne

1ere Journée du Trophée du Raplaù

Président de Course : Jérome PERRIN

Délégué FFCC : Jean RAVOUX

Charro sérieux confirme, H. Dunan très volontaire s'affirme

Pour la 1ère Journée du Raplaù les gradins ont répondu présents et ont assisté à une course rythmée et très agréable.

En ce début de saison, la bonne participation des blancs (Avenir : Bressy, Danna, H. Dunan, El Mahboub et Zelphati - Honneur : Rodriguez - As ; Améraoui) a permis de mettre en relief des noirs très sérieux. Dunan dans une belle fougue fait souvent tourner le disque. Les qualités de Carolin, Vedeau et Félin sont à retenir, Charro, issu du Trident d'Or 2018, a pris de la maturité et a su contrôler les sollicitations des crochets.

Des débuts volontaires pour Damoclès (238) de JC Blanc qui peut être distrait mais sait répondre, affirmant progressivement ses répliques, et cède en 4mn ses bijoux. Il se perd loin des planches et se durcit. Il faut aller le chercher pour qu'il réagisse, parfois avec force. Malgré un travail assidu et une ficelle bien effilochée, il rentre ses bobines en musique.

Un moment pour que les hommes prennent la mesure de Vedeau (253) de Cuillé. Attentif, il jaillit sur le blanc pour le poursuivre cornes tendues jusqu'aux planches. Sa rapidité met l'homme en difficulté et il faut un raset concentré de Zelphati pour passer aux bobines à la 9ème mn. Des tentatives pour leur récolte mais le noir prend l'ascendant, il rentre ses pelotes avec les honneurs.

Plein de dynamisme, Charro (251) de la Galère est sur tous les coups avec un grand cœur. Les hommes se démènent pour le travailler. Dunan le fait basculer en musique et il faut 3mn pour en être aux ficelles. Moins d'entrain des blancs, le noir se concentre malgré l'impatience de la jeunesse et jouant de sa vitesse, il bondit fort, en particulier derrière Améraoui. Prenant le contrôle du cercle, il rentre avec l'air de Bizet ses bobines.

D'entrée franchit la barrière, Carolin (040) de Ricard donne le ton. Jouant sur sa puissance, il surveille la piste pour bondir sur l'homme. Dans des rasets risqués les blancs glanent les attributs en 8mn. Il devient plus violent par la suite, Dunan en gladiateur tente et récolte à la dernière mn la 1ère ficelle. La 2ème au toril avec le disque.

Un temps pour prendre la mesure de Félin (244) de JC Blanc puis les hommes se montrent moins timides. Le noir, rapide, impressionne et se montre difficile à atteindre. Dunan entend Carmen en se faisant enfermer puis en le tirant dans les bois mais c'est le crochet de Bressy qui gagne le chiffon rouge à la 9ème mn et 12 mn pour passer aux pelotes. Trop court, elles entrent en musique.

Après la reconnaissance de la piste, Libertin (169) de la Galère se révèle mordant et vif. Les blancs l’embarquent dans une série musicale pour passer aux ficelles à la 4ème mn. Ils mettent progressivement la pression et un gros assaut pour les derniers brins solde la 1ère bobine à El Mahboub à la 11ème mn. Toujours de la présence et la 2ème tombe à la 13ème mn pour Bressy. Le disque pour sa rentrée.

Laricio (311) de Cuillé préfère le centre et en sort pour poursuivre le blanc, franchissant plusieurs fois la barrière. Terrorisant les blancs, ils ont du mal à l'attaquer. El Mahboub coupe à la 14ème mn. Il entre sa cocarde et ses glands avec le disque.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédits Photos : Michel Naval et Alain Poussel

Pélissanne 01

Pélissanne 02

Pélissanne 03

Pélissanne 04

Pélissanne 05

Pélissanne 06

Pélissanne 07

Pélissanne 08

Pélissanne 09

Pélissanne 10

Pélissanne 12

Pélissanne 13

Pélissanne 14

Pélissanne 15

Pélissanne 16

Pélissanne 17

Pélissanne 18

Pélissanne 19

Pélissanne 20

Pélissanne 21

Pélissanne 22

Pélissanne 23

Pélissanne 24

Pélissanne 25

Pélissanne 26

Posté par poulain13 à 08:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


13 mars 2019

Aigues Vives 10.03.19

Organisateur : Union Taurine Paul Ricard

Course du Congrès – Souvenir Louis Lacroix

Président de Course : Aurélien LAGET

Délégué FFCC : Patrick ESTEBAN

Fouque en forme dès la première course

Des gradins pleins pour la course du Congrès qui ouvre officiellement la saison de course camarguaise 2019. La composition du plateau avec 4 taureaux classés aux As. Après une matinée de travail, la partie plaisirs était sur le sable. C’est le début de saison et le rythme des hommes et des bêtes s’en ressent. Fouque reste le plus actif et remporte le prix, Benhammou plus épisodique, Naïm reste aussi bien présent. Pour les taureaux, Bauccis de Saumade ressort du lot, mais tous les autres ont bien tenue le sable.

Bossard (011) des Baumelles : Il a la lourde tâche d’ouvrir la saison. Surpris de se retrouver là il se réfugie dans les planches. Puis sur une réaction violente il rattrape Benhammou dans une action serrée qui se fini aux planches. La course reprend son train-train. Il serre de prés Vaccaresse peu avant a fin. Carmen et retour.

Sylvio (010) de Félix : Il est sans grande difficulté, les attaques fusent et les attributs restent dans les crochets. Fouque, Vaccaresse et Naïm sont les plus actifs. En 8mn c’est terminé, 2 Carmen.

Pouchiche (003) de Saint Pierre :  Voilà un client sérieux, placé aux planches il défend sont terrain. Il signe quelques belles poursuites qui se finissent aux planches sur Fouque, Naïm et Benhammou derrière qui il sautent avec méchanceté. Son premier gland résiste aux assauts jusqu’à la trompette. 6 Carmen et retour.

Melgueil (005) de Rouquette : Calme, il est a craindre. Il serre ses poursuites cornes en avant avec la volonté de rattraper l’hommes. Il va jusqu’au bout et se soulève derrière Vaccaresse. Attentif et présent sur tous les sites. 6 Carmen et retour avec ses ficelles

Bauccis (997) de Saumade : Sérieux dans ses attitudes, il se place dans les angles de la piste. Il faut venir le solliciter de près ce qui accentue le risque. Fouque, Naïm et Félix sont les plus actifs. En fin de course il blesse Benhammou, au bras, qui est obligé de passer par l’infirmerie. 7 Carmen et retour avec les applaudissements des gradins et le prix entre les cornes.

Clanclan (0133) de Laurent : Sa course manque de rigueur, certes il des des réactions qui viennent finir aux planches en tapant derrière Félix ou Naïm et reçoit Carmen chaque fois. Le manque de régularité laisse un peu le public sur sa faim aussi à sa sortie le Carmen est contesté.

Imagie (220) de Nicollin : Il est jeune, il a l’enthousiasme de cette jeunesse. Il ne possède pas encore les clés du jeu qui lui est proposé. Il saute en contre-piste plusieurs fois. A revoir avec un peu plus d’expérience.

Meilleur animateur : Fouque R.

Meilleur Taureau : Bauccis de Saumade

Commentaires : Alain Poussel

Crédit Photos : Michel Naval

Aigues-Vives 01

Aigues-Vives 02

Aigues-Vives 03

Aigues-Vives 04

Aigues-Vives 05

Aigues-Vives 06

Aigues-Vives 07

Aigues-Vives 08

Aigues-Vives 09

Aigues-Vives 10

Aigues-Vives 11

Aigues-Vives 12

Aigues-Vives 13

Aigues-Vives 14

Aigues-Vives 15

Aigues-Vives 16

Aigues-Vives 17

Aigues-Vives 18

Aigues-Vives 19

Aigues-Vives 20

Aigues-Vives 21

Aigues-Vives 22

Aigues-Vives 23

Aigues-Vives 24

Aigues-Vives 25

Aigues-Vives 26

Aigues-Vives 27

Aigues-Vives 28

26 octobre 2018

Nimes 21.10.2018

Organisateur :   SIMON CASAS PRODUCTION

Finale du Trophée des As

Président de Course : ALVAREZ Joris

Délégué FFCC : MALAVAL Robert

Touchés en plein cœur !

Au terme d’une grande finale, Cupidon envoie ses flèches avec brio.

Le Carmen général attribué par le président Joris Alvarez est logique tant cette 67ème finale du Trophée Taurin a été de belle tenue, avec des taureaux et des hommes au diapason comme rarement vu ces dernières années lors de la finale. La première partie malgré Cohiba manquant de jus a été a mas avec un Epervier brillant et un Trancardel toujours présent. Pourpier a rappelé ses intentions criminelles à la finition. Jupiter a été à son image : d’une grande bravoure et noblesse malgré le poids d’un physique qui a souffert de ses coups de butoir. Cupidon, qui a décoché ses flèches avec brio et sérieux, manque le prix de manière étonnante et Landié, primé meilleur taureau du jour, a terminé en feu d’artifice de percussions avec une bravoure sans limites. Niveau blanc, tous ont été au diapason, on retiendra l’animateur du jour honoré : Vincent Félix mais tous sont à saluer pour leur engagement et respect des taureaux.  

Cohiba (570) de Fabre-Mailhan : (2 Carmen). Le premier de cette finale a fort à faire face à la vague blanche qui s’abat sur lui. Il répond avec cœur et tient 4 minutes pour les principaux attributs. Aux ficelles le taureau tient bien sa place et les hommes doivent le rentrer pour le consentir. Jérôme Martin est celui qui le tire le mieux et fait résonner Carmen. Le travail se fait au compte-goutte et Cohiba réintègre le toril avec ses deux ficelles.

Epervier (725) de Cuillé : (8 Carmen + retour). Il met d’entrée les ingrédients nécessaires entre gestion de la piste optimale, placement adéquat et vitesse. Les rasets dans les règles sont tous ramenés avec brio jusqu’aux planches et l’émotion prend possession de la piste nimoise. Katif, Cadenas qui traverse une partie de la piste sur un raset dont il a le secret, et aliaga. Les rasets allongés et la bravoure d’Epervier vont faire résonner Carmen de multiples fois. Le taureau fait preuve d’un cœur énorme et défend avec les honneurs sa deuxième ficelle qu’il rentre sous les forts applaudissements du public.

Trancardel (641) de J. Bon : (5 Carmen + Retour). Volontaire comme à son habitude, le taureau aux longues bannes ne refuse aucun raset et y perdra rapidement ses pompons. Aux ficelles le taureau durcit le ton, Aliaga est raccompagné aux planches en musique. François Martin n’est pas en reste et il tire aux planches le taureau qui brille. Les enchaînements avec cœur de Trancardel donnent un vrai relief à sa course dont Jérôme Martin se révèle le meilleur animateur. Rentre sa deuxième ficelle en musique sous les forts applaudissements du public.

Pourpier (514) de Saumade : (4 Carmen + retour). Attaqué au compte-gouttes, le taureau se déplace justement d’un côté et de l’autre de la piste, mais manque un peu de jus sur ses ripostes. Les pompons partent rapidement. Aux ficelles, cela ronronne un peu mais dès la première un peu démarmaillée, Charrade lui offre trois rasets exceptionnels où Pourpier termine criminellement aux planches sous Carmen et avec la première ficelle au bout. Rentre sa deuxième ficelle sans forcer, Carmen au retour.

Cupidon (707) de Paulin : (8 Carmen + retour) Avec du jus à sa sortie, le cocardier de Paulin vient passer plusieurs fois le poitrail à l’arrivée et offre rapidement ses principaux attributs aux blancs. Aux ficelles, Jérôme Martin à gauche lui offre de beaux engagements raccompagnés aux planches. Marignan et Félix font le pendant à droite et Cupidon s’engage brillamment et Carmen joue. Cadenas s’offre pour un superbe raset où il se fera coincer à la planche et sort sur blessure. La Course va à mas avec un Cupidon qui répond avec sérieux et brio et c’est François Martin qui vient lever la première ficelle. Quart d’heure de maîtrise et d’émotion pour Cupidon qui touche en plein cœur le public qui lui rend en se levant et l’ovationnant pour sa rentrée avec sa deuxième ficelle primée à 1 500 €.

Jupiter (619) de Laurent : (7 Carmen + retour). Le bioù d’Or 2018 attaque sa course par deux gros coups de butoir. En quelques minutes on passe aux ficelles. Jupiter chasse ce qui bouge en piste et ne se pose pas ce qui semble faire réfléchir les hommes. Vient taper derrière Aliaga en musique et récidive sur Errik dans la foulée avant de s’envoler et basculer derrière Katif pour un quart d’heure qui va crescendo. Cadenas vient faire briser les planches en musique. Le rythme est moins soutenu et le taureau vient terminer son quart d’heure d’une violence inouï derrière Marignan sur un coup de barrière monumental. Réintègre le toril en musique avec ses deux ficelles très fortement applaudit.

Landié (002) de Nicollin : (7 Carmen + retour). Sort avec du jus et cela se sent. Landié est généreux, ne refuse rien et vient passer le poitrail quand on le tire. Katif fait résonner Carmen et on passe à la 3ème minute aux ficelles. Bien entrepris, il se donne avec cœur, vient frapper fort derrière Marignan puis propulse Cadenas au boudin en faisant résonner Carmen dans l’amphithéâtre romain. Récidive derrière Félix pour un énorme coup de barrière, puis encore sur Ciacchini ça pétarade !Landié ne s’arrête pas plus et offre un final spectaculaire plein d’émotion. Rentre ses deux ficelles en musique sous l’ovation et clôture la finale en beauté.

Trophée des As 2018 : 1er- Cadenas (337,5 pts), 2ème-Ciacchini (304 pts), 3ème-Katif (274 pts) 4ème- Charrade (243,5 pts), 5ème-Zékraoui (231 pts).

Bioù d’Or 2018 : Jupiter de Laurent – Meilleur taureau de la finale : Landié de Nicollin.

Commentaires Corentin Charpentier (La Marseillaise)

Crédit Photo : Alain Poussel

275A0082

275A0088

275A0093

275A0137

275A0157

275A0175

275A0191

275A0269

275A0299

275A0355

275A0356

275A0420

275A0444

275A0506

275A0511

275A0592

275A0614

275A0627

275A0635

275A0660

275A0742

275A0756

275A0782

275A0802

275A0844

275A0855

275A0885

275A0923

275A0932

275A0966

10 octobre 2018

Aimargues 06.10.2018

Organisateur : CTPR LA BALLESTILLA

Finale du Trophée Honneur

Président de Course : Aurélien LAGET

Délégué FFCC : Christophe LOUCHE

Tourtoulen, bioù de l’après-midi

Dans une agréable finale du trophée Honneur, Moutet nous montre encore une fois son sérieux, grapille deux places dans le Trophée et remporte sans conteste le prix du meilleur animateur de l’après-midi.

Un bon travail de tous les hommes (Aliaoui (1,5), Clarion (4,5), Gaillardet (3), Gougeon (3), Jourdan (3), Matéo (3), Miralles (invités d’honneur), Moutet (27), Oudjit (3) et Pradier (6), souvent plus timides au temps des ficelles a permis de mettre en relief des noirs pas toujours faciles. Côté bioù, leur sérieux  a souvent fait hésiter les blancs. A ce jeu c’est Tourtoulen  et ses répliques qui remporte le prix du jour. Le Trophée 2018 est remporté sans suspense par Martin-Cocher (347 pts), blessé et sans crochets cet après-midi qui nous a régalé toute la saison, suivi de Clarion (259,5 pts) et Oudjit (229 pts).

Un moment noyé dans la tempête blanche Roumié (964) de Saint-Antoine se pose pour tenir tête aux hommes, venant volontiers en agitant les cornes fort. Malgré les assauts, il faut 6 mn pour picorer les fruits. Le rythme des bobines lui permet de ce concentrer, bondissant devant les sollicitations, il sait suivre loin, aiguilles tendues. Cette défense lui permet de rentrer ses ficelles avec le disque.

Rêche et dur, Caberne (050) de Raynaud est difficile à travailler. Après un long moment de reconnaissances. Les hommes en prennent la mesure et tentent de le toucher. Mais sa méchanceté rend les attaques risquées. Quand il part c’est avec puissance, poursuivant en secouant le mourre derrière le crochet jusqu’aux planches qu’il frappe avec violence. Pompons aux cornes, les gradins et Carmen le raccompagne au toril.

Dynamique, Bayard (973) de Nicollin est présent sur toutes les offres et son esprit chevaleresque lui fait distribuer en 2mn30 ses bijoux. Les blancs ne mettent pas le tempo nécessaire et donne au noir la possibilité de prendre le dessus. Malgré une bataille finale dense, où le noir se défend avec courage, les fers ne décrochent pas les bobines qui rentrent avec la musique.  

Calé contre le bois, Tourtoulen (9106) de Saumade baisse la tête devant le crochet après avoir bondit sur le raseteur. Cette détermination permet aux blancs de moissonner les attributs en 3mn. Ses répliques en force, cornes tendues, pouvant repousser jusqu’aux bois, posent des soucis. Dans un travail régulier les hommes essayent et épluchent en vain, les pelotes rentrent sur le disque.

Répondant a chaque invitation, Esquirol (917) de Saint-Pierre cède en 1mn30 ses bijoux. Moins de présence des raseteurs permet au noir de nous montrer sa patience. Sachant faire des séries, il se complique et se durcit progressivement même s’il sait accélérer avec Carmen derrière Gaillardet. Il rentre ses pelotes avec les honneurs.

Plein d’envie, Ursin (8105) de Plo tombe dans le piège du jeu et les hommes le font courir dans les vire-vire et mettent 3mn pour l’envol des rubans. Les blancs prennent du recul, le noir monte en méchanceté et en concentration sachant sauter sur le blanc qui en veut à ses bobines. De plus de plus féroces, secouant les pointes, les derniers brins de la 1ère ficelle donnent lieu à un beau combat gagné par Fougère à la 11mn. La 2ème au toril en musique.

Lui aussi volontaire, Kouros (022) de Fabre-Mailhan (HP) réplique fort et il faut 3mn pour la chute des bijoux. Un temps  perdu au centre, le bioù retrouve la planche pour des réponses puissantes, frappant le bois. Montant en puissance et malgré le travail des blancs, il faut attendre la dernière minute pour qu’Oudjit la 1ére ficelle. La 2ème au toril avec le disque.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédit Photos : Michel Naval

AIMARGUES (6)

AIMARGUES (11)

AIMARGUES (12)

AIMARGUES (14)

AIMARGUES (15)

AIMARGUES (18)

AIMARGUES (21)

AIMARGUES (23)

AIMARGUES (24)

AIMARGUES (27)

AIMARGUES (28)

AIMARGUES (29)

AIMARGUES (30)

AIMARGUES (33)

AIMARGUES (34)

AIMARGUES (36)

AIMARGUES (37)

AIMARGUES (38)

AIMARGUES (40)

AIMARGUES (41)

AIMARGUES (42)

AIMARGUES (43)

AIMARGUES (45)

AIMARGUES (46)

AIMARGUES (47)

AIMARGUES (50)

AIMARGUES (56)

05 octobre 2018

Raphèle les Arles 30.09.2018

Organisateur : CTPR Raphèle les Arles

Trophée de l’Avenir – 30ème anniversaire de la manade des Chamoines

Président de Course : ALVAREZ Joris

Délégué FFCC : BIROT Paule

Centvin fête avec panache les 30 ans des Chanoines

Matéo leader des blancs

Cette année la météo était au rendez-vous pour cette complète de la manade des Chanoines qui fêtait ses 30 ans. Pas de sono, en panne, mais les gradins ont pris le relais pour saluer la belle prestation des noirs tout au long de l’après-midi. Chez les hommes, les défections de fin de saison ont réduit à 5 les raseteurs (Lafare, Marquier, Matéo, Montésinos et Ouffe) aidés par 2 tourneurs. Mais sans enjeu pour les Trophées, une ambiance détendue et une participation de tous ont permis aux taureaux d’être mis en relief. Matéo a été le plus actif de la bande. Tous les biòu nous ont offert une belle prestation. Leur présence, leur participation et leur placement en piste confirment la qualité des noirs de la devise rose et bleue. Les jeunes en particulier Centvin se sont distingués. A revoir avec plaisir.

Calé contre la planche, Syrius 746 est très concentré et oblige un gros travail pour fixer son attention. Les hommes se lancent avec précaution et quand il part franchement, cornes baissées, il est féroce et se livre dans des séries. Avec le temps, il prend de l'assurance et les départs sont de plus en plus puissants. Montésinos décroche la cocarde à la 14ème mn. Les 2 pompons pour le toril.

Volontaire, Noï 669 se livre avec envie en bondissant sur les propositions, secouant le moure devant le fer et il nous offre facilement des vire-vire. Il progresse dans ses réponses et il faut attendre 9mn pour la chute des attributs. Il se durcit en partie mais quand il réplique, c'est avec vitesse et ainsi il préserve en musique ses pelotes.

Convaincu, Figaro 208 vient avec détermination et se fait piéger dans des séries qui permettent en 3mn le moissonage des bijoux. Encore des vire-vire qu détricotent la 1ère ficelle et c'est Montésinos qui la récolte à la 7ème mn. Le jeu de va et vient continue et Matéo crochète la 2ème à la 13ème mn. Carmen pour sa rentrée.

Gamin 658 après un moment de découverte de la piste où il fait le ménage, se montre déterminé en répliquant bien mais boiteux, il rentre à la 3ème mn.

Nerveux et concentré, Centvin 104 se défend en lançant la foudre quand on le cherche. Les fers ont du mal à trouver une solution. Ils y vont quand même, Matéo est le plus présent et le plus actif et c’est lui qui picorent tous les fruits en 11mn. C’est trop court pour les ficelles que Carmen rentre.

Moins de présence blanche pour Diamant 207 qui termine l’après-midi. Dommage, le biòu est attentif, sachant bondir sur l’homme avec force quand le crochet approche. Il faut 9mn pour l’envol des cocarde et glands. Il se complique ensuite et rentre ses bobines en musique.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédits Photos : Alain Poussel

Plus de Photos : Jean Ravoux

275A0177

275A0190

275A0192

275A0197

275A0217

275A0269

275A0271

275A0279

275A0305

275A0323

275A0362

275A0404

275A0407

275A0434

275A0470

275A0551

275A0563

275A0599

275A0652

275A0657

275A0695

275A0700

275A0714

275A0771

Posté par poulain13 à 10:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :