La capelado

06 novembre 2017

Saint-Martin de Crau 05.11.2017

Organisateur : CTPR St Martinois

Trophée de l’Avenir HT

Président de Course : Philippe GIBERT

Délégué FFCC : Alain BORG

Timoko, Dantès et Zekraoui se partagent le podium

La course des révélations 2017 s’est déroulée dans un mistral glacial, heureusement que blancs et noirs ont été présents. Zékraoui, meilleur animateur du jour à gauche et Marignan à droite ont mené les raseteurs (Allam, Bressy, Deslys, Marignan, Maurel et Zékraoui) dans une course agréable même si plus de pression aurait permis aux noirs de mieux s’exprimer. Chez les bioù, une belle sélection qui, malgré la pluie de la veille, a su tenir tête aux crochets et ne s’est pas perdue dans cette grande piste symétrique. Dantès pour son côté barricardier et le cocardier Timoko, qui finit là une belle saison, sont salués par le jury

Plein de jus, Hippocampe (114) de la Galère sait se caler le long des planches d’où il bondit quand le blanc en veut à ses bijoux qu’il distribue en 2mn30. Il se durcit pour les ficelles mais ses réponses peuvent être plus franches et font tourner le disque, la 1ère est pour Maurel à la 6ème puis à la 10ème Allam le renvoie au toril avec la musique.

Si Escapaïre (150) de la Salierène privilégie le centre, il surveille et, rapide, il sait enfermer l’homme. En prenant leur distance et en faisant chanter Carmen, les blancs récolte en 9mn cocarde et glands. Venant toujours fort et repoussant le crochet jusqu’aux bois et malgré les tentatives de Zékraoui, il garde ses bobines en musique.

Dissipé, Primadié (010) d’A. Chapelle sait répondreavec conviction et bien défendre avec son dynamisme et ses attributs qu’il cède en 6mn. Toujours très mobile, il peut se lancer dans de belles séries, jouant des cornes devant le fer et devenant de plus en plus féroce. Il rentre ainsi ses pelotes avec Carmen.

Volontaire, le grand Antonio de F. Guillerme change souvent de terrain mais vient avec envie et ses répliques convaincues lui permettent d’entendre le disque et de distribuer en 5mn ses breloques. Toujours participatif et plus stable, il se sait se défendre dans les reprises. Maurel décroche la 1ère ficelles à la 11ème, et malgré la fatigue, le noir rentre sa 2ème en musique.

Mangin (920) du Joncas semble un peu perdu au centre de l’ovale. Il sait en sortir pour jouer de sa vitesse et défendre en musique ses attributs qui tombent en 4mn. Il protège ses bobines dans des vire-vire intenses et c’est Zékraoui qui récolte la 1ère à la 8ème puis Maurel pour la 2ème à la 11ème ; Carmen pour sa rentrée.

Concentré Timoko (025) de Lautier observe et surgit sur tous les blancs. Il faut que les As le lancent dans des séries pour que les crochets récoltent les attributs en 7mn. Les hommes, menés par Marignan et Zékraoui tentent d’atteindre les ficelles, lui, bien placé sait bondir et mettre le fer en difficulté et il rentre ses bobines sur l’air de Bizet et les gradins.

Mobile Dantès (102) de Fournier cherche à faire le ménage, Deslys l’attire en contre-piste et les hommes récoltent au passage les rubans en 4mn. Progressivement plus stable, il se dépense dans de violentes poursuites frappant avec force les bois. Malgré la fatigue, il sauve ses pelotes en musique.

Commentaires : Rémi Honoré (La marseillaise)

Crédit Photo : Michel Naval et Jean Ravoux

ST MARTIN DE CRAU 02

ST MARTIN DE CRAU 04

ST MARTIN DE CRAU 05

ST MARTIN DE CRAU 06

ST MARTIN DE CRAU 07

ST MARTIN DE CRAU 09

ST MARTIN DE CRAU 10

ST MARTIN DE CRAU 11

ST MARTIN DE CRAU 12

ST MARTIN DE CRAU 15

ST MARTIN DE CRAU 19

ST MARTIN DE CRAU 23

ST MARTIN DE CRAU 24

ST MARTIN DE CRAU 26

ST MARTIN DE CRAU 27

ST MARTIN DE CRAU 28

ST MARTIN DE CRAU 30

ST MARTIN DE CRAU 33

ST MARTIN DE CRAU 35

ST MARTIN DE CRAU 37

ST MARTIN DE CRAU 39

ST MARTIN DE CRAU 41

ST MARTIN DE CRAU 43

ST MARTIN DE CRAU 45

ST MARTIN DE CRAU 48

ST MARTIN DE CRAU 49

ST MARTIN DE CRAU 52

 

Plus de Photos : Jean Ravoux


Saint-Rémy de Provence 04.11.2017

St Rémy de Provence 05.11.2017

Organisateur : CT des Alpilles

35ème  anniversaires de la manade Caillan – Despida d’Estreloun

Président de Course : François FASSI

Délégué FFCC : Jean-Louis LAVILLE

Merci, Estreloun de nous avoir tant régalé !

Les Caillan ont rendu un hommage à leur ainé.

Malgré un temps de novembre, les aféciouna avaient décidé en nombre de venir assister aux dernière foulées de ce barricardier, fabricant de coup de barrières, qui a tant fait « barder » le public.

Après 3 « bébés » rasetés par les apprentis de l’école de Châteaurenard et leur chef de file Martial Denante, la capélado pouvait être lancée par François Fassi. Ont défilé les 3 droitiers Marignan, Moine et Pradier et les 4 gauchers Bouhargame, Méric, Martin-Cocher et Deslys.

L’ancien Esméro (308) a encore de la mémoire et quand les hommes vont a sa rencontre, il se lève encore en puissance. Bouhargame (4fois), Deslys (2fois), Martin-Cocher sont percutés tour à tour. Mais quand un droitier va vers lui de face, il se livre sur Marignan et Pradier. Comme au bon vieux temps, il garde un glands avec un 9ème Carmen

Rollier (929) est dans le genre sérieux et solide voire compliqué.Ce n’est qu’à la 8ème minute par Martin-Cocher qu’il laissera sa cocarde. Il ne se laisse pas enfermer et les séries sont espacées. Et lui aussi, il va conserver un gland.

Manquant encore de maturité, Aduriz (108) a du mal à se situer. Mais dans les enchaînements, il se livre sans rien lâcher. Quand il est délaissé, il se déplace et de ce fait, la cocarde résiste 13 minutes. Bilan global, il détient des qualités qu’il faudra revoir. Il rentre avec ses ficelles sans la récompense qu’il aurait mérité.

Après la pause, le micro est confié à Dédé Paillet, toujours aussi à l’aise. Il sonne la trompette pour le cocardier Archimède (925), qui « euréka », n’a jamais prix l’eau… avec un placement digne d’intérêt, il peut effectuer des réponses poussées jusqu’à son terme. Sur les longs rasets, il se donne avec énergie, finnissant au ras des bois. Il conservera ses bobinesavec une huitième musique.

Ruscassier (808), dans le même registre, ne se laisse pas déborder et ses réparties sont pointues. Il s’applique sur toutes les propositions bien consenties dont une partie se termine à la barrière, Carmen tourne en boucle. Avec une ficelle conservée, il a signéune excellente séance, bien complète.

Le Bestiau Raphaël (219) est en apprentissage. Mais quand on le cherche, il se livre en se jetant comme derrière Bouhargame. Un réservoir de potentiel qu’il dévelloppera avec l’âge.

Et puis, entre en piste la star de la devise orange-marron : Estreloun. André Paillet lit un éloge très émouvant, avec un palmarès interminable au long d’une carrière exemplaire. On commence par un tonitruant Carmen et puis une première série refait jouer l’air de Bizet. Des attaques et des réponses… Et puis « non je ne regrette rien » de Piaf retentit (faisant pleuré Sonia !) avant le Carmen chanté pour achever les frissons des amoureux du grand cocardier…Merci l’artiste et bonne retraite auprès de Coyote pour raconter les belles histoires nées sur le sable….

Commentaires : Yves Bustin (la Marseillaise)

Crédit Photos : Michel Naval

ST REMY DE PR 03

ST REMY DE PR 05

ST REMY DE PR 06

ST REMY DE PR 07

ST REMY DE PR 10

ST REMY DE PR 14

ST REMY DE PR 15

ST REMY DE PR 16

ST REMY DE PR 18

ST REMY DE PR 20

ST REMY DE PR 23

ST REMY DE PR 25

ST REMY DE PR 26

ST REMY DE PR 28

ST REMY DE PR 29

ST REMY DE PR 30

ST REMY DE PR 32

ST REMY DE PR 34

ST REMY DE PR 35

ST REMY DE PR 38

ST REMY DE PR 40

ST REMY DE PR 41

ST REMY DE PR 44

Posté par poulain13 à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 novembre 2017

Eyragues 01.11.2017

Eyragues : 01.11.2017

Organisateur : CTPR La Bourgine

13ème Souvenir G. Gilles

Président de Course : Pierre PANCIN

Délégué FFCC : Jean RAVOUX

Oudjit et Garlaban concluent la saison eyraguaise

Par un bel après-midi le 13ème Souvenir G. Gilles fut une course agréable ou les noirs dans leur robe d’automne, et les blancs presque en vacances, ont répondu présent

Chez les raseteurs (Ben Ammar, Ciacchini, Deslys, Fouque, J. Martin, Maurel, Oujdit et Ouffe) une belle participation ou H.J. Oudjit motivé gagne le prix de l’animation. Côté cocardier, encore de grosses difficultés pour aborder Tatoué et c’est Garlaban, téméraire, qui est salué par le jury.

Mobile, Conscrit (117) de Saint Pierre distribue en deux petites mn ses rubans. S’il arrive à se caler, toujours participatif sur l’attaque, il ne concentre pas sur le raset et se disperse le contact passé. A sa mi-temps, il a un peu plus de répondant pour suivre jusqu’aux bois. Ben Ammar récolte à la 11ème la première bobine. Toujours dans le progrès, Ciacchini le fait rentrer à la 14ème.

Plus percutant, Escobar (812) de Bon sait répondre avec force, suivant Oudjit dans la zone du hors-jeu et perd cocarde et glands en 2mn. Pour les pelotes, il se place bien, sachant se lancer dans les reprises et jouant de la tête, cette participation permet l’épluchage, Deslys récolte la première, pour la seconde, il frappe avec violence derrière Ouffe mais c’est Oudjit qui la récolte à la 10ème. Carmen le raccompagne

Le jeune, Garlaban (138) du Juge a du mal à trouver sa place dans le cercle mais accepte de belles séries que Carmen apprécie. Aux ficelles, il se place, les hommes prennent du recul mais quand ils le lancent, se sont de belles reprises qu’il nous offre, distribuant les coups de têtes devant le fer et repoussant en vitesse. Son courage, sa détermination lui permettent de rentre ses bobines en musique et avec les gradins.

Bien en place et dans un rythme soutenu, Bechet (720) de Saumade répond avec application et puissance et cela lui permet de distribuer en 2mn30 ses breloques. Fonçant sur toutes les offres, ses pelotes bien garnies sont une proie facile. J. Martin finit la première à la 9ème mn, la 2ème pour Oudjit à la 12ème. Musique pour sa rentrée

Tatoué (032) de Lautier a droit à long moment d’observation. Quand les hommes le lancent, il bondit dans de grosses séries. Mais les blancs calculent, calculent cherchant des solutions pour le surprendre, le toucher puis récolter. En vain, la récolte est maigre, il rend un gland. Et rentre sa cocarde coupée et 2ème pompon avec Carmen.

Volontaire, Silvio (010) de Félix répond avec envie et hommes en profitent pour récolter dans des séries cocarde et glands en 3mn. Les deux ficelles sont-elles pour Fouque puis Ben Ammar à la 6ème.

Hagetmau (120) de la Galère est dissipé et les hommes le travaillent dans un cercle désordonné où le noir distribue ses bijoux en 4mn dans des moments colériques. Plus stable ensuite, jouant de ses banes pour encadrer le blanc dans la poursuite, la 1ère pelote est pour Oudjit à la 7ème. Une belle série permet à Oudjit, encore lui, de récolter la 2ème à la 10ème. Le disque pour son retour

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédits Photos : Jean Ravoux

eyragues 01

eyragues 02

eyragues 02a

eyragues 03

eyragues 04

eyragues 05

eyragues 06

eyragues 07

eyragues 08

eyragues 09

eyragues 10

eyragues 11

eyragues 12

eyragues 13

eyragues 14

eyragues 15

eyragues 16

eyragues 17

eyragues 18

eyragues 19

eyragues 20

eyragues 21

eyragues 22

eyragues 23

eyragues 24

eyragues 25

eyragues 26

eyragues 27

eyragues 28

eyragues 29

Pus de Photos : Jean Ravoux

01 novembre 2017

Aureille 29.10.2017

Aureille 29.10.2017

Organisateur : CTPR Aureillois

Course complète des Espoir de Gillet

Président de Course : Nans BARBIER

Délégué FFCC : Alain BORG

A l’heure de la manade Gillet

La traditionnelle Royale de clôture.

Courageus sont les aféciouna qui sont venu braver le mistral pour assister à cette traditionelle complète de la manade Gillet qui clôt la saison taurine aureilloise.

Une affiche attrayante avec une deuxième partie s »rieuse et des bioùs pleins de promesses. Chez les blancs aucun n’a mérité, mais notons surtout la technique de Marignan et la ténacité de Ferriol. Carmen général pour l’ensemble de la course et le bétail fourni par la famille Gillet. Voyons ça en détail.

Lutin (958) : placé, il peut offrir de belles séries. Il s’implique volontairement dans les reprises mais à droite, il faut rentrer dans son terrain. Martin-Cocher le tire et lutin finit museau aux planches. Il part à la poursuite de Marignan (2) qui arrive serrer. Flanche à la fin de sa prestation mais rentre sa seconde ficelle en musique.

Espadon (150) : Très mobile, i met su cœur à l’ouvrage. Affiche une légère préférence pour la gauche où il est récompensé pour ses nombreuses finitions à la planche. Il défend vaillamment son deuxième gland. I se cherche en fin de quart d’heure. Réintègre le toril avec ses deux ficelles sur l’air de Bizet.

Don Juan (121) : le Taù se montre sérieux dans sa tenue de piste. Ses anticipations droitières amènent de belles poursuites. Il fuse derrière Marignan. La droite est son côté de prédilection. Il ramènera ses deux bobines au mas des Fiolles. Carmen.

Amadeus (037) : rapide et véloce, il donne le ton. Les séries sont rythmées. Il s’envole après Martin-Cocher. Réitère après Marignan. Peut faire preuve de méchanceté et se révèle là où on l’attend pas. Derrière son air naïf se cache un réel chef d’orchestre. Il entend 7 fois la mélodie. Garde ses deux ficelles. Carmen.

Diable (147) : vif, il répond à toutes les sollicitations autant à droite qu’à gauche. Il est volontaire, courageux et mûr dans son placement. Il se montre sérieux tout au long de son quart d’heure. Les poursuites sont serrées. Il se dresse après Ferriol. Sa prestation réchauffe les gradins. Il rentre sa seconde ficelle en musique amplement méritée.

Maestro (250) : il remplace Arthur. D’entrée, il tape après Ferriol et l’air de Bizet honore ses séries. Le jeune bioù a un grand cœur et se montre vaillant. Il se dresse après Fouque. Malgré son jeune âge, il impose de la difficulté aux blancs par ses accélérateur. Le disque s’emballe. Rentre ses deux pilotes. Carmen.

Commentaires : Laurie (la Marseillaise)

Crédit Photos : Jean Ravoux

aureille 01

aureille 02

aureille 03

aureille 04

aureille 05

aureille 06

aureille 07

aureille 08

aureille 09

aureille 10

aureille 11

aureille 12

aureille 13

aureille 14

aureille 15

aureille 16

aureille 17

aureille 18

aureille 19

aureille 20

aureille 21

aureille 22

aureille 23

aureille 24

 Plus de Photos : Jean Ravoux

Posté par poulain13 à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2017

Raphèles les Arles 28.10.2017

Organisateur : CTPR Raphèles

Hors Trophée

Président de Course : Joris AVAREZ

Délégué FFCC : Paule BIROT

Les jeunes Lautier tiennent tête aux As du crochet

Malgré le mistral, l’hommage à B. Lautier fut un agréable moment avec en introduction une belle capelado où étaient présents chevaux et arlésiennes.

 

Chez les blancs (Auzolle, Ayme, Errik, Marignan, Ouffe, Rodriguez et Zékraoui), la grosse présence de Zékraoui, soutenu par Marignan et Ayme, a permis de donner un bon rythme à l’après-midi même si les noirs auraient souvent mérité un encadrement plus stricte et précis. La sélection de cette complète des jeunes en devenir de la manade Lautier a été judicieuse, chaque biòu présentant de belles qualités. L’appliqué Robin donne le ton, les 2 jeunes Origan puis Parpaioun prennent la mesure de la piste et finissent fort leur 15 mn de prestation. Vivement l’an prochain pour les retrouver.

D’entrée le jeune et sérieux Robin (202) se cale aux bois d’où il surgit fort et surprend Ayme. Sa concentration lui permet de distribuer ses trésors en 5mn. Exigeant, surtout à droite, Zékraoui sait le lancer dans des reprises ou le tirer jusqu’aux planches en musique et malgré le travail, il rentre ses bobines avec le disque.

C’est un jour sans pour Desigual (912) qui passe son temps à parcourir le cercle, chassant le blanc, ou à sauter la barrière. Dommage, il sait faire des répliques cinglantes. A la 9ème mn, il se fait bousculer et nous offre alors une série coriace. Plus stable pour les ficelles, il surgit sur le crochet qui tente le détricotage et les rentre.

Origan (168) a lui aussi du mal à trouver refuge contre les planches mais il sait répondre avec conviction quand l’homme le sollicite. Il fait enfin face, dos au toril, d’où concentré, il bondit. Ses réponses sont rapides, cornes tendues, pouvant secouer la tête avec violence et nous fait de beaux vire-vire. Il faut attendre le fer d’Ayme dans la dernière mn pour récolter le 2ème gland. Carmen pour son retour cornes ficelées.

Déterminé, St Omer (933) répond avec envie et force et en séries pour distribuer en 3 grosses mn ses rubans. Sa présence et sa concentration n’incitent pas les hommes à l’attaque mais quand il est lancé c’est avec des reprises qu’il répond jouant des banes devant le fer. De plus en plus déterminé, il cède sa 1ère bobine à Zékraoui à la dernière mn et rentre avec la musique.

Plein de jus, Parpaioun (059) en veut aux blancs et répond avec force dans une course désordonnée où il est difficile de le fixer et il faut 5mn pour passer aux bobines. Il se place enfin d’où il bondit sur tous les hommes qui tentent. Il monte progressivement en puissance, canalisant sa fougue, ses répliques sont plus précises et féroces pouvant aller jusqu’à suivre le crochet derrière la barrière et rentre ses pelotes sur l’air de Bizet.

Un long moment dissipé, Catalan (173) sait quand même répondre avec conviction quand l’homme le sollicite au passage. Il se calme et se concentre, pouvant surprendre le blanc et le coincer. Il rattrape Errik qui trouve refuge sans mal sous le marchepied et après de beaux échanges, il rentre un pompon en musique au bout de 12 mn.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Photos : Jean Ravoux et Michel Naval

RAPHELES 02

RAPHELES 05

RAPHELES 07

RAPHELES 08

RAPHELES 09

RAPHELES 10

RAPHELES 11

RAPHELES 12

RAPHELES 13

RAPHELES 16

RAPHELES 17

RAPHELES 19

RAPHELES 20

RAPHELES 24

RAPHELES 25

RAPHELES__26

RAPHELES__27

RAPHELES__28

 

RAPHELES__32

 

Plus de Photos : Jean Ravoux

Posté par poulain13 à 16:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]