La capelado

27 octobre 2020

Aureille 25.10.2020

Organisateur : CT Aureillois

Niveau Avenir

Président de Course : Nans BARBIER

Délégué FFCC : Roger MOUIRENC

Journée jeunesse de la manade Gillet

Des espoirs à ne plus en finir.

Pour la dernière journée de la saison 2020, le club Aureillois recevait la manade Gillet en voisin. Le matin même si l'abrivado longue à été supprimée, les plus jeunes taureaux avaient fait face a l'école de Salin de Giraud/Miramas. L'après-midi, les biòu plus âgés on rencontré les tenues blanches. Le plateau composé de 6 raseteurs : Bernard, Fouque, Ciacchini, Marignan, Matéo et Zelphati avec 2 tourneurs : Fouque et Ruiz. Bernard a été le plus en vue, mais tous les autres ont été travailleurs et volontaire, la présidence les récompensant d'un Carmen à l'issue de la course.

Roméo (475) : Un beau taù, qui a bien honoré toutes les attaques avec un certain manque d'énergie. Il tiendra 13 minutes avant que Zelphati lui lève sa deuxième ficelle et le renvoie au toril avec le disque.

Bronco (234) : Le plus âgé de la course, Il a de la volonté pour répondre aux sollicitations. Les hommes à le mettre en évidence. Après avoir sauté sur Marignan, il devient très concerné par ses poursuites et vient taper sur Bernard, Matéo ou Ciacchini. Cède à l'amorce de la dernière minute. Carmen

Criquet (437) : Il est toute la fougue et toute la vigueur de la jeunesse. Il s'en prend aux planches et saute volontiers. Le métier de Bernard, Ciacchini et Marignan sur qui il s'envoie lui ouvre la porte des bonnes attitudes. 11 minutes et la deuxième pelote reste dans le crochet de Ciacchini. Retour en musique.

Leo (417) : Il sautera de nombreuse fois, il a du sang et laisse les portiers tranquilles en revenant en piste seul. En fin de course, calmé il montre en poursuivant tour à tour Matéo, Marignan ou Bernard qu'il peut être un bon partenaire de jeu. Il lui faudra plus de calme. Il rentre ses ficelles avec l'air de Bizet.

Cardinal (465) : Il de la volonté dans ses engagements, en particuliers sur les séries. Alors qu'il a perdu les glands, la cocarde s'accroche et résiste. Les rasets se durcissent et il saute derrière Marignan, Fouque et Bernard. Il rentre ses ficelles à peine entamées, avec un Carmen bien mérité.

Saint-Omer (459) : Il a autant de fougue que ses précédent congénéres. Il saute et à peine de retour, il saute à nouveau. Pourtant les quelques instant qu'il reste en piste, il montre qu'il peut être sérieux et appliqué en poursuivant Bernard et Zelphati au-delà des planches. Retour avec une ficelle et la musique.

Commentaires : Alain Poussel

Crédit photos : Michel Naval et Alain Poussel

_DSC0591

_DSC0599

_DSC0626

_DSC0649

_DSC0659

_DSC0715

_DSC0734

_DSC0761

_DSC0782

_DSC0860

_DSC0861

_DSC0862

_DSC0906

_DSC0952

_DSC0953

_DSC0954

_DSC1021

_DSC1061

_DSC1081

_DSC1099

_DSC1145

_DSC1163

_DSC1235

_DSC1236

_DSC1238

Posté par poulain13 à 14:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Mouriès 24.10.2020

Organisateur : CT Mourièsen

Festival : Dernier Carmen pour Jupiter

Président de Course : Philppe GIBERT

Délégué FFCC : Roger MOUIRENC

Les derniers éclairs de Jupiter

Les blancs, Cadenas en tête, ont su honorer le Biòu d’Or 2018

Du monde sur les étagères pour assister aux dernières courses de Mari-Peu et de Jupiter, 2 biòu de la génération 2006 qui ont marqué ces dernières années.

Les taureaux mis à l’honneur cet après-midi ont su tenir tête aux crochets même si certains ont été difficiles à driver. Jupiter, sorti en dernier, a su nous prouver qu’il restait un sérieux client à la planche. Chez les hommes (El Mahboub, Montesinos, Ameraoui, Bernard, Bouharguane, Cadenas, F. Martin, Naïm), si Cadenas était au dessus du lot, tous ont participé à la course, en particulier à gauche Naïm et Bouharguane, pour nous offrir un bel après-midi.

Mobile, Mari-Peu (628) de Gillet, vainqueur de la Cocarde d’Or 2020, répond avec conviction quand on le sollicite pouvant pousser fort. Il se pose, enfin, oblige Cadenas à traverser la piste en diagonale puis bondit derrière Bouharguane, 7 mn pour l’envol des bijoux. Le fer de Cadenas épluche en quelques rasets la 1ère bobine mais c'est Montesinos qui la récolte à la 10ème mn. La 2ème au toril avec le disque.

Dynamique, Boléro (117) de Laurent est d’entrée dans sa course, attentif, il sait bondir avec conviction sans toujours aller jusqu'au bout. Les hommes y vont et mettent 5 mn pour la moisson des fruits. Raccompagnant Martin avec puissance, il réplique derrière Cadenas et franchit les planches après Ameraoui. Bouharguane récolte la 1ère pelote à la 10ème mn, Naïm la 2ème 1 mn plus tard. Musique pour la case.

Cettori (0313) de Aubanel-Baroncelli monte progressivement en puissance après avoir repoussé fort Naïm, il devient explosif, coupant la course des blancs, Cadenas, Martin encore Cadenas en font les frais, 7 mn pour en être aux ficelle. Toujours dans la concentration, les blancs tentent, épluchent et Montesinos finit la 1ère à la 13ème mn et la 2ème dans un joli coup de main pour Cadenas dans les dernières secondes. Carmen pour la rentrée.

Un moment d’hésitations face à Jaurès (240) de JC Blanc puis les hommes l’attaquent et il rend en 3 mn et 2 Carmen ses attributs. Le noir se concentre, prend de la puissance, mais le crochet de Cadenas fait voler la 1ère ficelle à la 8ème mn. De plus en plus féroce, il décolle derrière Cadenas et l’accroche sans mal, il frappe le bois derrière Naïm, les rasets pleuvent mais la 2ème rentre avec la musique.

Très dissipé, Aragon (761) de Laurent démonte le cercle rouge en faisant voler les planches. A ce jeu les blancs ont du mal à assurer un travail construit. Cadenas est le seul, Bouharguane pouvant lui répondre à gauche, 3 mn pour les breloques. Les blancs sont moins timides en fin de course, les pelotes s’effilochent, la 1ère pour Montesinos à la 12ème mn, la 2ème, ébouriffée, au toril en musique.

Râleur, Neptune (201) de Rouquette se gâche en parcourant dans tous les sens le sable ou en sautant la barrière. Les hommes n’arrivent pas à le cadrer mais picorent en 5 mn ses fruits. Mieux ensuite, il répond aux attaques et les crochets peuvent gratter les ficelles. Après un long travail, c’est Naïm qui finit la 1ère à la 12ème mn. Après 15 mn de mobilité, il rentre la 2ème avec les honneurs.

Un peu timides face à Jupiter (619) de Laurent, les blancs y vont avec modération, il faut reconnaitre que le Biòu d’Or sait encore lancer la foudre après son adversaire, Cadenas, le plus actif, entend plusieurs fois le bois frappé avec violence derrière lui. 7 mn pour les bijoux, plus de propositions, le noir réplique fort, coince la jambe de Naïm sans mal et Cadenas lui fait faire un gros coup de barrière final avant que le noir rentre ses ficelles sous les applaudissements et un dernier Carmen.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédit photos : Michel Naval

_DSC9146

_DSC9168

_DSC9202

_DSC9236

_DSC9308

_DSC9369

_DSC9374

_DSC9428

_DSC9474

_DSC9486

_DSC9647

_DSC9669

_DSC9705

_DSC9748

_DSC9794

_DSC9840

_DSC9901

_DSC9923

_DSC9988

DSC9989 (4)

DSC9989 (5)

DSC9989 (8)

DSC9989 (9)

DSC9989 (10)

DSC9989 (12)

DSC9989 (14)

DSC9989 (15)

DSC9989 (16)

DSC9989 (20)

DSC9989 (32)

DSC9989 (34)

21 octobre 2020

Saint-Martin de Crau 18.10.2020

Organisateur : CT Saint Martin de Crau

Souvenir Eric et Jean-Pierre Chapelle

Président de Course : Philippe GIBERT

Déléguée FFCC : Annie DI CHRISTOFANO

Le souvenir Eric et Jean Pierre Chapelle parfait

Cadenas et Andy de S. Chapelle les meilleur du jour.

Un hommage qui de la Capélado à l'ultime seconde d'une parfaite organisation où rien n'a été laissé au hasard. Cadenas sûr de son talent, montrant un état d'esprit de bonne augure. Les blancs au nombre de 6 : Allam, Améraoui, Barbié, Cadenas, Danna et Matéo avec 4 tourneurs : Dumas, Dunan, Mondy et Ruiz. Pour les noirs Andy de S. Chapelle ressort du lot plus complet et plus sérieux. Seule ombre au tableau quand Loupio de Layalle se casse une corne sur la trompette de fin de course.

Vaccarès (308) de Lagarde : Il trouve immédiatement sa place et se dégage dans de bonnes conditions. Sérieux, il sait venir taper derrière Matéo, puis saute à la poursuite de Danna. Il répond a toute les attaques avec brio. Un bon premier qui rentre ses ficelles avec Carmen mérité.

Levant (375) de la Galère : (Remplace Belcourt) Il est en déplacement perpétuel et son placement en fait une proie facile. Il se donne de la peine pour répondre à toutes les sollicitations. Il suffira de 9 minutes et Améraoui lui lève sa seconde ficelle. Rentré en musique.

Primadié (010) de Chapelle A. : 11 minutes d'une belle prestation. Placé devant le toril, il surveille et sait surprendre la tenue blanche, Améraoui doit rompre, Danna est ramené aux planches. Cadenas le sollicite sur la longueur avec de belles réactions. Retour avec l'air de Bizet.

Andy (152) de Chapelle S. : Le taureau cherche l'affrontement. Cadenas lui donne l'occasion de l'exploité à plusieurs reprises. Danna et Matéo subiront le même traitement aux planches. Si l'on excepte quelques instants au centre, c'est très bon. Cadenas lui prend le second gland sur la trompette. Carmen, applaudissement et prix du meilleur taureau.

Margritt (311) de Lautier : Une course toute en vitesse, où le biòu répond aux séries avec vaillance, il arrête ses poursuites au ras des planches. Le travail des tenues blanches est efficace et en peine plus de 9 minutes et Améraoui le renvoie au toril. Carmen sans surprise.

Loupio (212) de Layalle : Un véritable festival d'actions les plus importantes les unes que les autres. Il tape aux bois plus d'une dizaine de fois : Cadenas(6), Améraoui, Matéo, Allam et Danna. Sur la trompette, en contre-piste, il se casse la corne.

Palmarès de ce souvenir E. et J P Chapelle :

Meilleur raseteur : Joachim Cadenas

Meilleur taureau : Andy de Chapelle Sophie et Fils

Commentaires et photos : Alain Poussel

275A0026

275A0035

275A0063

275A0090

275A0143

275A0235

275A0246

275A0247

275A0333

275A0342

275A0367

275A0407

275A0415

275A0436

275A0491

275A0552

275A0606

275A0649

275A0683

275A0741

275A0776

275A0798

275A0822

275A0949

275A0957

275A1016

Istres 17.10.2020

Organisateur : Toro Club Istreen

Trophée Avenir

Président de Course : Philippe GIBERT

Délégué FFCC : Daniel MIGALE

Les jeunes Denis et Kailali prennent le pouvoir

Arlésien de Chapelle Sophie et Fils récompensé

Avec un soleil d'Automne bien brillant et le public habituel dans l’enceinte du Palio, cette course d'un bon niveau a vue la mise en avant de la jeunesse chez les blancs. A la Capélado se présenté 8 raseteurs : Allam, Benhammou, Charrade, Cugnière Tourreau, Denis, El Mahboub, Michelier et Kailali aidé de 4 tourneurs : Dumont, Dunan, Joseph et Levy. Pour les biòu, si Arlésien se montre le meilleur, Roitelet et Kouros n'ont fait de la figuration. Compte tenu de la grande piste chacun à bien tenu son rôle.

Pin's (112) d'Agu : Fait son trou loin des planches et il faut le forcer pour le faire sortir, dans ces occasions, il signe quelques belles poursuites serrées jusqu'aux planches sur Benhammou ou Charrade. Mais il revient inlassablement au trou. Il garde ses ficelles.

Grasilho (009) de Rouquette : Proche desplanches, il répond à toutes les sollicitations avec beaucoup de volonté. Il vient taper aux planches derrière les gauchers Allam, El mahboub et Charrade. Pour les bobines, il enchaîne plusieurs belles séries. Benhammou lui prend la seconde ficelle sur la trompette. Retour en musique.

Arlésien (920) de Chapelle S. : Premier raset sérieux et il s'envole derrière Benhammou, il se dressera à nouveau derrière le même un peu plus tard. Il impose son rythme en se dégageant et se replaçant parfaitement. A l'issue de plusieurs séries il vient conclure derrière Denis et El Mahboub. Rentre ses pelotes avec l'air de Bizet les applaudissements et le prix du meilleur taureau.

Druide (239) de Blanc J-C : Tient bien la piste, et se dégage quand le cercle blanc se forme. Avec beaucoup de volonté, il s'engage dans de belles séries. A la dernière minute, il saute seul et fini par se désintéresser de la course. Garde ses ficelles et rentre avec le disque.

Roitelet (886) de Lautier : Pour ses principaux attributs il est présent sur toutes les sollicitations, sans relâche, il se présente au fer. Aux pelotes il a un peu plus liberté et ses poursuites cornes pointées viennent taper aux planches derrière Denis, Kailali ou Benhammou. Rentre les ficelles avec Carmen.

Kouros (022) de Fabre-Mailhan : Plein gaz pour son début de course, avec une superbe envolée derrière Allam. Il poursuit en venant taper fort dérrière Kailali et Charrade et Benhammou. Pour les pelotes il prend quelques séries qu'il conclut avec des poursuites museau en avant jusqu'aux planches. Conserve une ficelle pour son retour en musique et les applaudissements.

Palmarès :

Raseteur ex aequo Denis Anthony et Kailali Walide

Meilleur taureau : Arlésien de Chapelle Sophie et Fils

Commentaires : Poussel Alain

Crédits photo : Michel Naval

_DSC5716

_DSC5723

_DSC5742

_DSC5778

_DSC5812

_DSC5842

_DSC5865

_DSC5907

_DSC5940

_DSC5951

_DSC5976

_DSC6018

_DSC6046

_DSC6061

_DSC6085

_DSC6093

_DSC6132

_DSC6137

_DSC6149

_DSC6168

_DSC6242

_DSC6264

_DSC6302

_DSC6311

_DSC6399

16 octobre 2020

Bellegarde 11.10.2020

Organisateur : CT Le Cinq Francs

Trophée de la Clairette d'Or

Président de Course : Norbert NESTI

Déléguée FFCC : M-Claude CRAPE

Allam remporte la Clairette d’Or

Frisco meilleur biòu de l’après-midi

Dure Clairette D'Or, dans le vent, les hommes (Avenir : Benhammou, Bressy - Honneur : Allam, Gougeon, Montesinos - As : Bouharguane) ont eu du mal à réchauffer les gradins en reculant souvent devant la difficulté, Allam le plus assidu remporte facilement le prix. Chez les noirs, Frisco, 1er sorti et le mieux travailler a pu s’exprimer et est récompensé, les autres, entre autres Caton, Gustin, Roymai, Viognier, ne demandaient qu’à briller.

Une série pour se mettre en jambe et Frisco (254) de la Galère sait se poser et surprendre Bressy, les vire-vire permettent la vendange des fruits en 3 mn. Ses départs en force, repoussant le blanc jusqu'aux bois pour passer la tête ou les frapper font tourner plusieurs fois le disque mais les crochets sont là et Benhammou finit la 1ère ficelle à la 9ème mn. Avec la fatigue il perd du mordant mais sauve la 2ème avec le disque.

Un long moment de course-poursuite puis Casteu (115) de Saint Antoine se cale, il sait alors bien se défendre et distribue en 6 mn ses attributs. Le piège des vire-vire effiloche les bobines, la 1ère pour Allam à la 11ème mn, la 2ème au toril en musique.

Les blancs ont du mal à cadrer Caton (935) de Lautier qui n’arrive pas à se poser. Quand il sait trouver un coin, il sait bien se défendre et rend en 7 mn ses bijoux. Moins d’agitations et il peut mieux se caler, les hommes hésitent, quand ils se lancent, il réplique dans des accélérations et peut mettre le crochet en difficulté. Les rares rasets ne mettent pas les pelotes en danger, à la case avec Carmen.

Qu’il est difficile d’approcher Gustin (029) de Navarro ! Les hommes ont en tous cas du mal. Attentif, le noir prend souvent le crochet de vitesse et le fer ne touche pas les cornes. Allam coupe à la 8ème mn et récolte le chiffon rouge à la 10ème. Les réponses de plus en plus incisives défendent les pompons, au près avec les honneurs.

Le balaise du jour, Roymai (057) de Mermoux bondit quand les hommes en veulent à ses bijoux qu’il distribue en 2 mn. Peu de volontaires pour affronter ce biòu concentré, ses répliques, sèches, impressionnent. Bouharguane, le plus téméraire, récolte 7 Carmen, ébouriffe les bobines, est touché, sans mal, en faisant basculer le noir mais elles ne cèdent pas et rentrent avec le disque à la case.

Vif, Viognier (380) de JC Blanc met de la vitesse et se livre dans des séries mais attentif, il enferme avec force Montesinos. Bougeant la tête devant le râteau, crocheter les breloques est compliqué qui tombent en 8 mn. Peu de travail proposé ensuite, le noir se gâche en jouant au saut de barrières et les ficelles au toril avec Carmen.

Perdu dans le cercle, Commodus (279) de Layalle a du mal à se concentrer sur les blancs, mais il sait, quand on le surprend, bondir sur le raseteur pour le poursuivre. Après les rubans, le noir est plus attentif et défend avec conviction ses pelotes même s’il peut se perdre au centre, il bascule derrière Bressy et rentre ses ficelles.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédit photo : Alain Poussel

275A0005

275A0013

275A0048

275A0079

275A0080

275A0209

275A0315

275A0322

275A0339

275A0370

275A0391

275A0397

275A0420

275A0433

275A0486

275A0493

275A0499

275A0510

275A0526

275A0531

275A0575

275A0717

275A0741

275A0747

275A0772

275A0816

275A0834

275A0927

275A0945