La capelado

21 mai 2018

St Andiol 19.05.2018

Organisateur : CTPR LOU BOUVAOU

2ème Journée du Challenge Saint-Vincent

Président de Course : MASSARD Christian

Délégué FFCC : RACHTAN Adeline

Une course intéressante, malgré une averse

La 2ème journée du Challenge Saint-Vincent malgré une averse qui a perturbé la course du premier taureau, l’engagement des tenues blanches a permis de continuer la course après quelques minutes d’attente. Le public n’a pas déserté les arènes, et le spectacle qui a suivi leurs a donné raison. Du côté des noirs il faut mettre en évidence Vétilleur et Anis de Plo, Léandre de Gillet et Hurluberlu de Richebois, très jeune, avec de bon principe. Pour les blancs on retrouve en avant Fouque, Martin-Cocher et Matéo.

Vercors (746) de Richebois : Il manque d’énergie par moment, placé près des planches il se réserve pour répondre avec plus d’énergie aux ficelles. La pluie fait son intervention, les blancs restent en retrait. Il rentrera à la 14ème mn avec une ficelle et le disque.

Après 30 mn d’attente, Berlioz (925) de Gillet, se déplace le long des planches et réponds avec volonté aux sollicitations. Les séries s’engagent et il répond avec vaillance. Il se donne sur Fouque jusqu’aux planches, Martin-Cocher est coursé sérieusement et Matéo fait le boulot. Retour avec une ficelle et les honneurs.

Vétilleur (935) de Plo : Il va vite, surprend Michelier qui pose la main sur le frontal. Il a beaucoup de vaillance et ses réponses sont vives. Il accélère encore aux pelotes, oblige tour à tour Faure et Fouque à rompre. Vient finir à la planche derrière Faure. La 1ère ficelle cède après une série soutenue. Il rentre la seconde avec l’air de Bizet.

Anis (0105) de Plo : Il se place d’entrée et attend les attaques. Les hommes hésitent, sur une sollicitation de Martin-Cocher il vient jusqu’au bout et passe la tête. Il faudra 10 mn pour que Zelphati lui prenne sa cocarde. Le terrain des planches reste son domaine et les rasets s’espacent. Il rentre ses bobines avec le disque.

Léandre (223) de Gillet : Il met du cœur à l’ouvrage, ramène aux planches Fouque et pose ses sabots sur le marchepied. Le vire-vire se met en place et les tenues blanches lui mettent la pression, qu’il contient à merveille. Il se défend et ne cède rien, mettant de la méchanceté dans ses réponses. Rentre ses ficelles en musique.

Hurluberlu (373) de Richebois : Il est jeune, il a déjà des bons principes avec des réponses digne de la devise. Ramène Fouque et Matéo aux planches avec méchanceté. Il tient les planches et enchaine les rasets. Il tiendra la piste de la même façon aux pelotes. Sa générosité dans les réponses, l’empêche de terminer son temps. Rentre à la 13ème avec les honneurs.

Crédit Photos et Commentaires : Alain Poussel

275A1259

275A1260

275A1273

275A1298

275A1304

275A1357

275A1362

275A1396

275A1417

275A1419

275A1465

275A1470

275A1562

275A1585

275A1603

275A1608

275A1626

275A1635

275A1656

275A1731

275A1737

275A1755

275A1786

275A1808

Posté par poulain13 à 15:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,


Cabannes 18.05.2018

Organisateur :   CTPR LOU PROVENCO

1ère Série du Trident d’Or

Président de Course : GINOUX Florian

Délégué FFCC : RAVOUX Jean

Et Zorro du Rhône est arrivé

La 2ème version de ce tour enfin sans pluie

La mande du Rhône avec Pistou est Zorro se tire vers les sommets avec un score de 132 points. Les manades Chavet (116,5) et des Baumelles (125) aurons des difficultés pour se retrouver au second tour. Pour les blancs l’efficacité de Romain Fouque, le travail de Ludovic Matéo et l’expérience de Damien Martin-Cocher a fortement aidé au bon déroulement de la course. 

Pour débuter Pistou (118) du Rhône, il accepte bien les séries. Cède rapidement cocarde et glands. Pour les pelotes, il se place et ses réponses sont vives. Il enferme à plusieurs reprises les blancs et met Matéo en difficulté. Tiendra 12 mn et retour avec les honneurs.

Plein de fougue Dantès (150) de Chauvet, il se donne dans toutes les sollicitations, sans grandes difficultés à la pose du crochet. Il perd rapidement tout son habillage : 1mn pour cocarde et glands, 3mn pour la 1ère ficelle et la 2ème à la 6ème mn. Retour en musique.

Verdaou (225) des Baumelles, bien placé il est immédiatement en action. Il vient vite sur le raset et ses réactions sont vives. Il anticipe la rencontre et enferme les blancs les uns après les autres (Matéo, Fouque et Martin-Cocher). Il défend ses attributs, rentrera une ficelle avec les honneurs et les gradins.

Carretier (116) des Baumelles, Il possède pour lui le placement, surveille les tenues blanches et vient sur le raset, hélas la poursuite ne va pas beaucoup plus loin. Fouque lui ravit ses principaux attributs. Il honore les séries, s’engageant rarement jusqu’aux bois.

Plein d’énergie Zorro (124) du Rhône, les séries s’enchaînent avec des finitions aux fils des planches. Il fuse le long des planches pour casser le cercle. Il seul défaut il vient souvent au centre, avec la difficulté qu’il présente les hommes ne peuvent rien. Finit fort sur Fouque et puis sur Martin-Cocher. Garde un gland pour son retour avec l’air de Bizet

Balarin (221) de Chauvet, Conclusion un peu décevante, il faudra beaucoup d’engagement de Fouque et de Martin-Cocher pour en faire quelque chose de sérieux. Sinon c’est le centre qui l’occupe. Rentre en silence.

Crédit Photos et commentaires : Poussel Alain

275A0556

275A0576

275A0615

275A0682

275A0708

275A0731

275A0754

275A0760

275A0823

275A0847

275A0851

275A0867

275A0940

275A0953

275A0969

275A0987

275A0997

275A1025

275A1068

275A1072

275A1149

275A1171

275A1174

275A1214

 

 

 

Posté par poulain13 à 15:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 mai 2018

Saint Martin de Crau 12.05.2018

Organisateur : CTPR Saint MARTIN de CRAU

Trophée de l’Avenir.

Président de Course : GIBERT Philippe

Délégué FFCC : BERNARD Jean-Pierre

Caberne de Raynaud au-dessus du lot

Si le temps n’est pas parfait, pluie en le 5et 6ème taureau. Le rayon de soleil viendra de la présence de David Maurel sur ses deux jambes avec le sourire, bon retour dans les arènes. Les noirs ont tenus leur rang, et si Caberne se montre à son avantage, Jojo de Mogador nous laisse sur des espoirs. Pour les blancs le renfort de Marignan et d’autres honneurs donnent des ailes aux espoirs, une fois de plus Deslys et Matéo reste les fers de lance.

Sphinx (712) de Chapelle A. : Cherche sa place, et mets loin des planches. Il se donne de l’élan et honore plusieurs séries serrées. Il faudra 3 mn pour en venir aux pelotes, puis la course d’accélère avec de bonne réponse et les ficelles se débobine. Rentre à la 8 mn avec un Carmen à son actif.

Jojo (148) de Mogador : Il arrive très vite sur le razet, les hommes sont en difficultés. Les passages à blanc sont nécessaires pour le travailler. Après quelques sauts en contre-piste, il se laisse faire un peu mieux. Va toujours vite mais ne finis jamais ses actions. Rentrera  avec les honneurs.

Caberne (050) de Raynaud : Bien présent dès sa sortie en piste, il se déplace et surveille les tenues blanches. Il Tape derrière Marignan et se lance sur Ferriol. Les raseteurs qui s’engage sont poursuivis jusqu’aux planches Deslys (3), il préfère la gauche. Marignan fait parler son expérience. Rentre avec ses pelotes et 6 Carmen dans la musette.

Carabin (745) de Ribaud : Il se donne sur toutes les sollicitations, il le paye cash, en à peine plus d’une mn et en vient aux ficelles. A faire de volonté et d’engagement il tient ses ficelles en place longtemps, il rentrera la seconde. Tête basse et corne en avant il tape aux planches sur Oujdit. Rentre en musique.

Giono (306) de Fournier : Il se déplace, cherchant sa place. Dans un premier temps Marignan montre le chemin aux autres blancs. Il montre de la bonne volonté et des espoirs en raison de son âge (5ans). Les hommes mettent la pression et il résiste bien. Il garde ses pelotes avec de l’énergie. Carmen.

Caton (935) de Lautier : 30 mn d’attente à cause de la pluie et après essorage des marchepieds. La pression peine à revenir. Les rasets s’espaces. Le bioù reprend le moral en se levant sur Oujdit. Enferme Matéo et vient frapper derrière Marignan. Il rentre ses ficelles avec l’air de Bizet. 

Crédit Photos : Michel Naval et Alain Poussel

Commentaires : Alain Poussel

St Martin 01

St Martin 02

St Martin 03

St Martin 04

St Martin 05

St Martin 06

St Martin 07

St Martin 08

St Martin 09

St Martin 10

St Martin 11

St Martin 11a

St Martin 12

St Martin 12a

St Martin 13

St Martin 14

St Martin 14a

St Martin 16

St Martin 17

St Martin 18

St Martin 19

St Martin 20

St Martin 21

St Martin 22

Cavaillon 12.05.2018

Organisateur : CT CAVAILLONNAIS

Trophée LI DOULAOU

Président de Course : ROCARPIN Denis

Délégué FFCC : RAVOUX Jean

De Belles promesses avec Zalduendo

La grosse présence de Fouque tire la course.

Pour cette 1ère journée du Trophée Li Doulaou, D. Rocarpin nous a proposé un groupe de jeunes taureaux qui ont dû prendre la mesure d’une course camarguaise en 15mn. Ce fut une belle réussite pour les bioù qui s’en sont globalement bien sortis. En 2ème partie, Péloufre et surtout Zalduendo nous ont montré leur supériorité.

Chez les 6 blancs (Aliaoui, Bernard, Fouque, Moine, Pradier et Zbiri (sort à la 14ème mn de Prévert, blessé par une pointe)), réduit rapidement à 5, du bon travail dans cette piste. Fouque, épaulé par Bernard, a été très actif.

Des débuts très dissipés pour Prévert (123) de Navarro, mais il peut avoir des répliques jusqu’aux planches. Plus stable, il sait nous gratifier d’un travail plus consistant, sachant faire des reprises, tendant les cornes vers le fer en étant difficile à caler. 10 mn pour la récolte des attributs. C’est compliqué avec ce taureau baladeur de détricoter les ficelles qu’il rentre en musique.

Dynamique, Bandit (153) de Chauvet fait un temps l’animation sur la piste dans des réponses convaincues puis se perd dans le cercle, cherchant l’homme et la contre-piste. Enfin, stable, il sait bondir sur le raseteur et pousser fort jusqu’aux bois. Fouque est le plus actif pour ce noir et récolte cocarde et glands. 40s avant la fin on en est aux pelotes qu’il rentre sur le disque.

Lui aussi vif mais plus posé, Rocky (251) de Richebois se lance dans de belles séries où s’envolent ses bijoux en 3 mn. Toujours participatif sans repousser jusqu’aux bout le blanc, sa 1ère pelote est pour Fouque à la 5ème mn. Son jeu de tête n’est pas suffisant et Pradier met fin à sa course à la 8ème mn.

Une belle présence pour Péloufre (211) de F. Guillerme qui sait bien répondre et met en difficulté la main ferrée, baissant la tête, accélérant et poursuivant avec force. Beaucoup de tentatives, des tours de disques, des répliques féroces tapant la barrière et 13 mn pour la distribution des attributs. Trop court pour les ficelles qu’il ramène au Cailar en musique.

Plein d’envie, Zalduendo (279) de la Galère sait défendre avec attributs, il se fait piéger dans les vire-vire qui permettent leur récolte en 3 mn. Malgré moins de présence humaine, il sait garder la planche et avoir des réponses fortes, avec de belles accélérations derrière le blanc. Fouque décroche la 1ère ficelle à la 12ème mn et la 2ème pour le toril sur le disque.

Caraï (272) d’Espelly-Blanc est attentif mais démarre difficilement dans un 1er temps. Plus concentré sur le travail ensuite, il sait s’énerver et distribue en 6 mn ses cocarde et glands. La 1ère ficelle est pour Fouque à la 7ème mn. Plus féroce vers la fin mais insuffisant, Bernard récolte la 2ème à la 10ème mn et il rentre avec les honneurs.

Ibis (317) du Pantaï sait se poser et jouer de sa vitesse pour voler vers le blanc. Concentré, il met l’homme en difficulté et ils récoltent les bijoux en 4 mn. Son attention fait hésiter les hommes et à chaque départ il bondit mettant le fer en echec. Il rentre ses pelotes après 12 mn de course avec Carmen

Crédit Photos : Ravoux Jean

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

cavaillon 01

cavaillon 02

cavaillon 03

cavaillon 04

cavaillon 05

cavaillon 05a

cavaillon 06

cavaillon 07

cavaillon 08

cavaillon 09

cavaillon 10

cavaillon 11

cavaillon 12

cavaillon 13

cavaillon 14

cavaillon 15

cavaillon 16

cavaillon 17

cavaillon 18

cavaillon 19

cavaillon 19a

cavaillon 20

cavaillon 21

cavaillon 22

cavaillon 23

cavaillon 24

Plus de Photos : Jean RAVOUX

11 mai 2018

Mouriès 08.05.2018

Organisateur : CT Mouriesen

Trophée Daniel Pellegrin

Président de Course : Philippe GIBERT

Délégué FFCC : Alain BORG

Marignan décroche à nouveau le Trophée Daniel Pellegrin

L'orage n'était pas loin mais on est passé au travers des gouttes.

Les hommes (Bouharguane, Ciacchini, Félix, Four, Jaubert, Marignan, J. Martin, Moine et Pinter) ont imposé aux biòu un tempo et une présence soutenus les menant souvent à l'épuisement et obligeant le président Ph. Gibert plusieurs fois à faire des pauses. Si Bouharguane et J. Martin, à gauche, et Félix et surtout Ciacchini à droite ont su mettre les noirs en relief, c'est l'assurance et l'efficacité de Marignan qui a été récompensé. Pour les bêtes à cornes, belle endurance pour une agréable sélection où aucun n'est passé à côté. Argentin reçoit le prix du jour, Panisse, qui a mis plusieurs fois ses adversaires blancs en danger n'est pas passé loin de la récompense.

Le linge blanc tourne autour de Muscadin 508 de Fournier qui fait le ménage sur la piste baissant la tête devant l'homme et ce dynamisme rend ses bijoux accessibles qui tombent en 90s. Il s'assagit devant la buvette mais reste féroce quand il se lance. La 1ère ficelle pour Marignan à la 7ème mn. Grosse bourre pour les derniers brins, à Ciacchini à la 11ème mn. Retour avec les honneurs.

Plus posé, Panisse 714 de Sylvéréal bondit dès que l'homme tente, jouant des cornes. Ses répliques franches lui valent 2 fois Carmen pendant la récolte des attributs en 3mn. A l'épluchage des bobines, Marignan puis Félix subissent une accélération ravageuse du noir aux planches qui font hésiter. Le biou se concentre pour des départs  féroces qui font rentrer ses ficelles en musique et le clap-clap des gradins.

Plein de bonne volonté, Tanguero 724 de Ribaud vient avec envie, les hommes en profitent pour l'assiéger, et il se fait piéger dans des séries pour une récolte en 1mn30 de la cocarde et des glands. Toujours beaucoup de vaillance, le siège continue, le noir est sur tous les coups, jouant avec force de ses banes. Exténué en fin de course, il réussit à sauver ses pelotes avec Carmen.

Vif, Argentin 949 de Gillet se lance dans un beau combat et des séries rapides viennent à bout de ses rubans en 2mn. Moins de présence rend le taureau attentif et ses répliques sont de plus en plus violentes, frappant la planche derrière Martin puis Bouharguane. Four récolte la 1ère bobine à la 12ème mn, le noir résiste et rentre la 2ème en musique.

Violent en début de course, Ventadis 709 d’Allard se calme ensuite mais reste dangeureux dans des réponses franches poussant jusqu'aux bois le blanc en le mettant en danger. 8mn pour la distribution des attributs, s'il est moins sollicité, il se chauffe progressivement, ses réponses sont de plus en plus affirmées aux barrières et il rentre ses ficelles sur le disque et les gradins.

Du jus pour Persée 811 de Lagarde qui joue aux vire-vire dans un rythme soutenu, tournant la tête devant le fer, et résiste bien aux crochets en défendant avec conviction ses bijoux qu'il rend en 10mn malgré un nombre incalculable de rasets. La main assurée de Moine racle la 1ère ficelle à la 12ème mn et il rentre la 2ème avec Carmen.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédits Photos : Michel Naval

MOURIES (2)

MOURIES (3)

MOURIES (5)

MOURIES (6)

MOURIES (7)

MOURIES (9)

MOURIES (10)

MOURIES (11)

MOURIES (13)

MOURIES (15)

MOURIES (18)

MOURIES (19)

MOURIES (22)

MOURIES (24)

MOURIES (26)

MOURIES (33)

MOURIES (36)

MOURIES (37)

MOURIES (38)

MOURIES (42)

MOURIES (44)