La capelado

20 juin 2017

Les Paluds de Noves 18.06.2017

 

Paluds de Noves 18 juin 2017

Organisateur : CT Les Paluds

Trophée de l’Avenir – 1ère journée du Trophée de la Saint-Roch

Président de Course : Florian GINOUX

Délégué FFCC : Roger MOUIREN

Vulcain riposte avec panache

La 1ère journée du Trophée de la Saint-Roch s’est déroulée sous la chaleur et dans une bonne ambiance tant en piste que sur les gradins.

Des blancs (Trophée de l’Avenir : Améraoui (10 pts), Bernard (7), Deslys (12) et Favier (6); Trophée Honneur : N. Bénafitou, Moine et Vic ne marquaient pas) entreprenant sans toujours forcer, les jeunes, en particulier Deslys et Améraoui, se sont mis en avant. Chez les noirs, Apache a quelque chose, surtout à gauche où il sait bien démarrer, Vulcain, tenace et courageux a su dominer les attaques.

Le massif Apache (954) de Cuillé démarre avec force et anticipe, surtout à gauche où il fait tourner plusieurs fois le disque. Après avoir croisé l’homme, il ne le repousse pas avec envie, dommage. 8 mn pour perdre sa cocarde et ses glands. Malgré un bon travail, ses ficelles rentrent, bien entamées au toril avec Carmen.

Les hommes lui tombent dessus et Galtier (945) de Didelot perd en 1mn30 ses attributs. Moins bousculé, il se pose, surveille, démarre, réplique, se lance dans des séries, tête baissée, harcelant le blanc jusqu’aux planches puis se complique progressivement, se durcissant, alternant avec de bons départs, il rentre ses bobines avec le disque.

Une nuée ardente blanche s’abat sur la piste et fait courir Vulcain (9111) de Plo. Il répond avec conviction dans de gros vire-vire où les fers décrochent en 2 mn ses bijoux. Moins sollicité, il se cale, nous offrant de belles séries sachant repousser avec force et efficacité les assauts. Une pluie de rasets s’abat sur les derniers brins de la 1ère ficelle, pour Deslys à la 13ème mn et rentre la 2ème sous les applaudissements et la musique.

Blanquet (897) de Saint-Pierre veut bien faire, trop bien, cherchant à s’en prendre à tous les blancs de la piste, sa cocarde et ses glands sont rendus en 4 mn. Lors de la phase des pelotes, bien en place, il répond mieux sans toujours mettre beaucoup de conviction surtout à gauche et rentre ses ficelles.

2 mn, 3 Carmen, 1 belle série et Vétilleur (935) de Plo distribue ses attributs aux blancs. Il trouve ensuite souvent refuge au centre mais quand il est bien placé, il sait répondre avec conviction, se lançant dans des séries ou repoussant le blanc avec férocité. Carmen le raccompagne avec ses bobines.

Le jeune Bayard (172) de Didelot, rapide, réplique avec envie, se jetant sur l’homme pour le poursuivre jusqu'aux barrières, pouvant passer la tête au-dessus. Malgré un manque de travail, il se chauffe progressivement et nous propose des répliques de plus en plus sèches et le gland monté sur la corne est difficile à tirer. C'est la main de Moine qui réussit à la 14ème mn. Il rentre ses ficelles avec le disque.

Le taù Piccolo (109) de Cuillé impressionne avec son profil tout en muscle et son déplacement bondissant devant le blanc et le repoussant avec conviction. Cocarde et glands tombent en 5 mn. Les ficelles rentrent au toril en musique.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédits photos : Jean Ravoux et Alain Poussel

les paluds 01

les paluds 02

les paluds 03

les paluds 04

les paluds 05

les paluds 06

les paluds 07

les paluds 08

les paluds 09

les paluds 10

les paluds 11

les paluds 12

les paluds 13

les paluds 13a

les paluds 14

les paluds 15

les paluds 16

les paluds 17

les paluds 18

les paluds 19

les paluds 20

les paluds 21

les paluds 22

les paluds 23

les paluds 24

les paluds 25

les paluds 26

les paluds 27

Plus de Photos : Jean Ravoux

Posté par poulain13 à 09:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Mouriés 18.06.2017

Mouriès 18 juin 2017

Organisateur : CT Mourièsen

Trophée des As – 33ème Trophée André Blanc

Président de Course : Philippe GIBERT

Délégué FFCC : Claude BRESSY

Attila et Marignan primés pour le Trophée André Blanc

Pour cette journée d’élection les Mourièsens avaient cumulés le Trophée A. Blanc et le 105ème anniversaire du club Taurin. Pour les taureaux si Attila de Lautier s’impose, la prestation de Nimois de Fabre-Mailhan reste un espoir de première qualité. Du côté des tenues blanches, sur le sable, Marignan avec sa classe, sa main agile et précise, fait le plein et remporte le prix, Zékraoui infatigable animateur prend le second prix. Bastien Four reste au niveau des meilleurs avec son travail parfait.

Jupiter (601) de Chauvet : Avec beaucoup d’expérience il se place et répond avec beaucoup d’énergie. Pour ses attributs Marignan fait le boulot et récolte. Aux ficelles, plus calme il signe des enfermées féroces et avec Zékraoui le frisson court les gradins. 5 Carmen et pour son retour.

Galant (844) de St Germain : Il cherche la bagarre, il s’engage fort sur Ciacchini qu’il propulse contre le mur. Les actions sont dangereuses pour les hommes, il se soulève de nouveau sur Ouffe et sur Ciacchini. Aux pelotes, il sélectionne un peu plus et ses réponses sont très violentes. 4 Carmen et retour  

Attila (634) de Lautier: Plein d’énergie, il répond avec beaucoup d’agilité aux séries. Ses poursuites prennent de la vitesse. Les tenues blanches se font coursées jusqu’aux planches. Zékraoui sera un adversaire parfait d’Attila, la bataille pour le première ficelle est homérique, Youssef la lève avec en prime l’ovation du public. 4 Carmen et retour. 

Banaru (507) du Rhône : il fait sa course au petit trop, il déplace les hommes selon son humeur. Son comportement et l’absence de travail explique son manque d’énergie. Zékraoui et Ciacchini le font réagir pour quelques poursuites. Il conserve ses ficelles. 1 Carmen.

Lébraù (823) des Montilles : Il se donne dans les échanges avec beaucoup de franchise, aucune manière de résister aux attaques, il devient une proie facile et les attributs et pelotes s’envolent rapidement. 10 mn de présence en piste et retour.

Léo (832) de Raynaud : Il rentre lentement dans la course, chaud il pousse et tape aux planches. Son attitude barricardière prend de la force derrière Four, Marignan ou Zékraoui. Il ne présente pas de difficulté à la tête, mais il ne démérite pas tout au long de sa course. 5 Carmen et retour.

Nimois (033) de Fabre-Mailhan : Il terminera cette course de façon spectaculaire. Il enchaine les actions au-dessus des planches. Allam, Marignan (2) et Ciacchini seront ses partenaires. Beaucoup de classe pour ce jeune espoir. A revoir avec un peu plus de travail sérieux. 6 Carmen et retour.

Les points des As : Marignan et Ciacchini (16pts), Four (15pts), Zékraoui (11pts), Ouffe (6pts) Gaillardet (6pts), Allam (2pts), Ayme (1pts)

Crédit photos : Michel Naval

MOURIES 06

MOURIES 09

MOURIES 10

MOURIES 11

MOURIES 13

MOURIES 16

MOURIES 17

MOURIES 19

MOURIES 21

MOURIES 23

MOURIES 24

MOURIES 25

MOURIES 28

MOURIES 29

MOURIES 30

MOURIES 32

MOURIES 34

MOURIES 36

MOURIES 38

MOURIES 39

MOURIES 40

MOURIES 41

MOURIES 42

MOURIES 44

MOURIES 46

MOURIES 48

MOURIES 49

MOURIES 51

MOURIES 63

19 juin 2017

Raphèle les Arles 17.06.2017

Raphèle les Arles 17 juin 2017

Organisateur : CTPR Raphèle les Arles

Trophée de l’Avenir – Trophée Bernard Lautier

Président de Course : Joris ALVAREZ

Délégué FFCC : Annie DI CRISTOFANO

Le prix à Campagnié, la détermination à Capelan

La chaleur, adoucie par un léger mistral, des blancs participatifs, des noirs à la hauteur ont donné un agréable 4ème Souvenir Bernard Lautier.

Les blancs (Trophée de l’Avenir : Ben Ammar (8 pts), Deslys (15), El Mahboub (2) et Zbiri (4); Trophée Honneur : Gautier (0), Oudjit (14) et Vic (10)) se sont bien impliqués tirés par le tandem Deslys / Oudjit. Les biòu, tous présents, nous ont offert un bon après-midi. Campagnié le conclut avec brio et gagne le prix, Capelan typique Lautier, qui a fait honneur à Bernard dans des poursuites effrénées et des reprises éclair, était lui aussi un bon prétendant.

Bien en place, Regain (340) des Baumelles répond avec envie tendant les cornes devant le crochet. Il est difficile de poser la main sur le tissu rouge qui tient plus de 2 mn. Toujours joueur, le biòu bouge avec férocité la tête pour protéger son 2ème gland, les blancs tentent, et à la 10ème mn, il le cède à Ben Ammar. Moins de pression, le noir à tendance à se disperser et l’unique ficelle rentre en musique.

Les réponses déterminées d’Hippias (944) du Rhône protège bien ses bijoux. Les hommes y vont mais il charge avec force, secouant les banes et les place en avant dans la poursuite, il faut 6 mn pour que les ficelles soient disponibles. Il monte en puissance, anticipe Ben Ammar, se lance dans des séries, et malgré un travail soutenu les bobines rentrent au près sur l’air de Bizet.

Les hommes hésitent beaucoup et Capelan (902) de Lautier privilégie le centre. Ses départs sont secs, bondissant et poursuivant le blanc avec conviction, cornes horizontales. Il trouve progressivement une place contre la planche d’où il surveille et sème ses cocarde et glands en 9mn. Sa concentration fait reculer les blancs, la prime monte, les départs arrêtés dangereux, se retournant rapidement pour la reprise, et il porte encore ses ficelles à son retour au toril avec Carmen.

Dynamique, César (829) des Montilles met de l’ambiance dans le cercle. Il se retrouve sur la piste, se cale, les hommes ont du mal à l’approcher, attentif, rapide malgré son gabarit, baissant la tête au contact, surprenant Deslys dans une belle anticipation. A la 11ème mn, Deslys le déstabilise et il cède un gland et Oudjit fait la cocarde sur le retour. Il préserve ses ficelles et rentre sur le disque.

Ça va vite avec Raphélois (829) de Navarro, les hommes l’épouillent en 1 mn de ses attributs. Son gros cœur prend le pas sur sa férocité, il enchaîne les vire-vire, ses bobines se détricotent dans des échanges rapides où Deslys fait chanter Carmen en le tirant dans les barrières, la 1ère ficelle est pour Ben Ammar, la 2ème à Deslys à la 7ème mn avec l’air de Bizet.

Généreux lui aussi, Campagnié (928) de Fabre-Mailhan répond aux sollicitations avec conviction et cède dans la 1ère mn ses rubans. Il se lance dans des séries mais son jeu de tête protège bien ses pelotes, ses répliques sévères, basculant derrière Zbiri, mettent la pression sur les blancs et à la 8ème mn Vic récolte la 1ère ficelle, la 2ème pour Oudjit à la 11ème. Carmen pour son retour.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Crédits photos : Michel Naval et Alain Poussel

RAPHELE 03

RAPHELE 05

RAPHELE 06

RAPHELE 08

RAPHELE 09

RAPHELE 10

RAPHELE 12

RAPHELE 13

RAPHELE 14

RAPHELE 17

RAPHELE 18

RAPHELE 19

RAPHELE 21

RAPHELE 22

RAPHELE 24

RAPHELE 26

RAPHELE 28

RAPHELE 30

RAPHELE 31

RAPHELE 32

RAPHELE 33

RAPHELE 35

RAPHELE 37

RAPHELE 40

14 juin 2017

Montfrin 11.06.2017

Montfrin 11.06.2017

Organisateur : CT Lou Pougaou

Trophée DE l’Avenir – 3ème journée du Gland d’Or

Président de Course : Luc ALLEMAND

Délégué FFCC : Rolland CASTAGNIER

Une belle course équilibrée pour cette 3ème journée

Une véritable journée d’été pour cette course du Gland d’Or, une assistance qui remplissait ¾ des gradins. La course a oscillé entre le spectaculaire, l’émotionnel et les frissons. Pour les taureaux entre barricardier et cocardier l’équilibre a été trouvé par les organisateurs. Pour les blancs si Bouhargame mène la course, Guyon et Bénafitou ont bien contribués au travail. Gaillardet, Martin Y., Améraoui et Vic concouraient pour le trophée de l’Avenir. 

Banache (624) du Joncas : Volontaire et vif, il se donne sur tout ce qui bouge. Cocarde et pompons s’envolent rapidement. Aux pelotes il se durci un peu et montre des attitudes cocardières. Toujours volontaire il prend les reprises, il faut venir dans son terrain et les répliques sont poussées au bout. Rentre une ficelle en musique.

Mitifiot (924) de Fabre-Mailhan : Bien placé à la planche, il est concentré sur le travail des tenues blanches. C’est sur les gauchers qu’il finit le mieux ses actions. Bouhargame et Gaillardet se font coursés avec les frissons sur les gradins. Perd son 2ème gland sur la trompette, rentre le reste avec Carmen.

Agénor (844) de Gillet D. : il se déplace beaucoup et sur cette instabilité il devient une proie facile, en moins de 2mn on se retrouve aux pelotes. Les tenues blanches le laissent sans travail et le taureau se gâche, en prenant quelques libertés en contre-piste. Rentre ses ficelles avec l’air de Bizet.

Muiron (956) d Ternen : En position du cocardier « cul aux planches » il surveille les hommes. Il va vite dans ses poursuites et les raseteurs sont craintif. Il faudra presque 7mn pour arriver aux ficelles. Toujours à l’affût, il enferme Bouhargame avec un pantalon en prime, puis Améraoui et Bénafitou. Garde ses pelotes avec Carmen au retour.

Souchet (048) de Ricard : Bien présent sur toutes les actions, il résiste bien en concevant plus de 4mn ses principaux attributs. A la moindre occasion il passe au-dessus des planches. Bouhargame sera un partenaire de ses voltiges. Il garde une ficelle et retourne au toril en musique.

Machaire (071) de Raynaud : Les hommes libèrent leur frustration, en assaillant le taureau. il se bat, mais les attributs défilent rapidement. Aux ficelles, après une légère pause, les sollicitations reviennent à une forte cadence. Il terminera sa course en gardant une ficelle et rentre avec Carmen.

Atlas (012) de Didelot : il a la tache de clôturer l’après, et par ses actions il montre qu’il est à la hauteur. Il frappe aux planches sur de nombreuses occasion et mieux encore il saute à la suite de Martin Y. ou de Guyon. Sur une action il se blesse à la patte et retourne au toril à ce moment-là (12ème) avec le disque qu’il a déclenché plusieurs fois durant sa course.

Crédit Photos : Jean Ravoux

montfrin 01

montfrin 02

montfrin 03

Montfrin 04

Montfrin 05

Montfrin 06

Montfrin 07

Montfrin 08

Montfrin 09

Montfrin 10

Montfrin 11

Montfrin 12

montfrin 13

Montfrin 14

Montfrin 15

Montfrin 16

Montfrin 17

montfrin 18

Montfrin 19

Montfrin 20

Montfrin 21

Montfrin 22

Montfrin 23

Montfrin 24

Montfrin 25

Montfrin 26

Montfrin 27

Montfrin 28Plus de Photos : Jean Ravoux

13 juin 2017

Aureille 11.06.2017

Aureille 11 juin 2017

Organisateur : CTPR Aureillois

Trophée de l’Avenir – Finale du Genêt d’Or

Président de Course : André NOËL

Délégué FFCC : Alain BORG

Kouros la bonne surprise de l’après-midi

Tout était réuni pour réaliser une finale ce dimanche après-midi, la Peña d’Ales, les Arlésiennes des Alpilles et les gardians de la manade Agu qui avaient menés la longue abrivado du matin. Cette première finale du Genêt d’Or. Mari-Peù de Gillet un peu en retrait a laissé la place à la place à la jeune génération Kouros de Fabre-Mailhan. Chez les hommes la rivalité Deslys/Ferriol a tenu jusqu’au dernier taureau. Ferriol l’emporte finalement, Deslys a frôlé à deux reprises l’accrochage. Matéo et Fouque travailleurs, Les autres ont honneur à la tenue blanche avec cette chaleur. 

Vadrouilleur (060) de Richebois : Belle présentation de ce jeune taù. Il n’a pas la fougue d’un taureau entier, bien présent sur toutes les attaques qu’il pousse parfois au-dessus des planches comme sur Martin Cocher ou Deslys. Moine s’approprie les deux ficelles en moins de 9mn. Retour en musique. 

Rio Grande (927) de La Galère : Volontaire, il perd en moins de 2mn ses rubans. Aux ficelles les choses changent, bien présent il signe des poursuites serrés, rapides avec les cornes agressives sur Deslys, Matéo, Martin-Cocher ou Fouque. Garde la seconde ficelle avec hargne. 5 Carmen et retour avec les applaudissements. 

Pégase (946) des Baumelles : Son coup de tête et ses cornes dissociés lui permettent de résister aux assauts des tenues blanches. Il a des réponses vives, puissantes finissant aux planches. Aux pelotes, il se palce et l’attaque est encore plus difficile. Rentre ses ficelles avec l’air de Carmen + 5 en piste.

Mari-Peù (628) de Gillet D. : Il a de l’expérience et il faut venir le chercher dans son terrain pour voir une réaction vive. Deslys s’y frotte et le biòu le rattrape à la planche, le pantalon ne résistera pas. Matéo et Ferriol viennent perturbés la tranquillité du noir, sans succès. Rentre ses ficelles avec Carmen.

Tariquet (036) de Cavallini : Plus simple à l’attaque, il doit répondre à de multiples séries qui suit très bien. Les points obligent les hommes à l’impossible. Les rasets fusent, les crochets font un travail excellent. Il ne tiendra pas longtemps sur le sable. Rentre en musique.

Kouros (022) de Fabre-Mailhan : La victoire se joue sur ce jeune taureau. Dans les premiers rasets il surprend Deslys, saute avec lui et le coince au mur, sans mal heureusement. Les hommes font attention. Matéo (2) et Ferriol le mène au-dessus des planches dans de grosses actions. Deslys se bat toujours. Le taureau tape les planches. Rentre ses ficelles en musique + 5 en piste.

Trophée du Genêt d’Or : Ferriol (26pts), Deslys (24pts)

Meilleur Taureau de la finale : Kouros de Fabre-Mailhan

Meilleur taureau du Trophée du Genêt d’Or : Andy de Chapelle-Brugeas

Commentaires : Alain Poussel

Crédits photos : Michel Naval

AUREILLE (1)

AUREILLE (2)

AUREILLE (3)

AUREILLE (6)

AUREILLE (8)

AUREILLE (11)

AUREILLE (13)

AUREILLE (17)

AUREILLE (18)

AUREILLE (19)

AUREILLE (20)

AUREILLE (23)

AUREILLE (24)

AUREILLE (25)

AUREILLE (26)

AUREILLE (28)

AUREILLE (29)

AUREILLE (30)

AUREILLE (34)

AUREILLE (36)

AUREILLE (40)

AUREILLE (44)

AUREILLE (46)

AUREILLE (51)