Organisateur : CTPR Raphèles

Hors Trophée

Président de Course : Joris AVAREZ

Délégué FFCC : Paule BIROT

Les jeunes Lautier tiennent tête aux As du crochet

Malgré le mistral, l’hommage à B. Lautier fut un agréable moment avec en introduction une belle capelado où étaient présents chevaux et arlésiennes.

 

Chez les blancs (Auzolle, Ayme, Errik, Marignan, Ouffe, Rodriguez et Zékraoui), la grosse présence de Zékraoui, soutenu par Marignan et Ayme, a permis de donner un bon rythme à l’après-midi même si les noirs auraient souvent mérité un encadrement plus stricte et précis. La sélection de cette complète des jeunes en devenir de la manade Lautier a été judicieuse, chaque biòu présentant de belles qualités. L’appliqué Robin donne le ton, les 2 jeunes Origan puis Parpaioun prennent la mesure de la piste et finissent fort leur 15 mn de prestation. Vivement l’an prochain pour les retrouver.

D’entrée le jeune et sérieux Robin (202) se cale aux bois d’où il surgit fort et surprend Ayme. Sa concentration lui permet de distribuer ses trésors en 5mn. Exigeant, surtout à droite, Zékraoui sait le lancer dans des reprises ou le tirer jusqu’aux planches en musique et malgré le travail, il rentre ses bobines avec le disque.

C’est un jour sans pour Desigual (912) qui passe son temps à parcourir le cercle, chassant le blanc, ou à sauter la barrière. Dommage, il sait faire des répliques cinglantes. A la 9ème mn, il se fait bousculer et nous offre alors une série coriace. Plus stable pour les ficelles, il surgit sur le crochet qui tente le détricotage et les rentre.

Origan (168) a lui aussi du mal à trouver refuge contre les planches mais il sait répondre avec conviction quand l’homme le sollicite. Il fait enfin face, dos au toril, d’où concentré, il bondit. Ses réponses sont rapides, cornes tendues, pouvant secouer la tête avec violence et nous fait de beaux vire-vire. Il faut attendre le fer d’Ayme dans la dernière mn pour récolter le 2ème gland. Carmen pour son retour cornes ficelées.

Déterminé, St Omer (933) répond avec envie et force et en séries pour distribuer en 3 grosses mn ses rubans. Sa présence et sa concentration n’incitent pas les hommes à l’attaque mais quand il est lancé c’est avec des reprises qu’il répond jouant des banes devant le fer. De plus en plus déterminé, il cède sa 1ère bobine à Zékraoui à la dernière mn et rentre avec la musique.

Plein de jus, Parpaioun (059) en veut aux blancs et répond avec force dans une course désordonnée où il est difficile de le fixer et il faut 5mn pour passer aux bobines. Il se place enfin d’où il bondit sur tous les hommes qui tentent. Il monte progressivement en puissance, canalisant sa fougue, ses répliques sont plus précises et féroces pouvant aller jusqu’à suivre le crochet derrière la barrière et rentre ses pelotes sur l’air de Bizet.

Un long moment dissipé, Catalan (173) sait quand même répondre avec conviction quand l’homme le sollicite au passage. Il se calme et se concentre, pouvant surprendre le blanc et le coincer. Il rattrape Errik qui trouve refuge sans mal sous le marchepied et après de beaux échanges, il rentre un pompon en musique au bout de 12 mn.

Commentaires : Rémi Honoré (La Marseillaise)

Photos : Jean Ravoux et Michel Naval

RAPHELES 02

RAPHELES 05

RAPHELES 07

RAPHELES 08

RAPHELES 09

RAPHELES 10

RAPHELES 11

RAPHELES 12

RAPHELES 13

RAPHELES 16

RAPHELES 17

RAPHELES 19

RAPHELES 20

RAPHELES 24

RAPHELES 25

RAPHELES__26

RAPHELES__27

RAPHELES__28

 

RAPHELES__32

 

Plus de Photos : Jean Ravoux